Montebourg - Sapin : un tandem et des questions

  • A
  • A
Montebourg - Sapin : un tandem et des questions
Michel Sapin et Arnaud Montebourg vont désormais devoir cohabiter à la tête de Bercy.@ Maxppp
Partagez sur :

VU D’ALLEMAGNE - Pour l’instant, le nouveau binôme pour diriger Bercy laisse dubitatif outre-Rhin, où une telle formule existe depuis longtemps.

L’INFO. “Zur Sache”, “Venons en au fait” : cette phrase, Angela Merkel l’a souvent prononcé devant Nicolas Sarkozy, comme pour lui expliquer qu’elle attendait des actes après les promesses. Il en va de même avec le remaniement français qui a installé à Bercy un binôme ministre des Finance - ministre de l’Economie à l’allemande : la prudence est de mise à Berlin, où la formule existe depuis des décennies.

Sapin s’occupe du Budget. Parmi les surprises du gouvernement, l’une d’elles a été peu commentée : le nouveau découpage ministériel à Bercy. Principale nouveauté : les compétences de gestion des finances publiques et du budget, ainsi que les négociations au niveau européen, sont rassemblées dans le même portefeuille, dévolu à Michel Sapin. L’Economie et l’Industrie incombent quant à elles à Arnaud Montebourg.

Ce système, avec un ministère fort qui gère tout ce qui concerne de près ou de loin les finances publiques et un autre qui gère l’économie réelle, est inédit en France. Pourtant, en Allemagne, il est en place depuis près de 50 ans.

“Si on veut mener une politique de lutte contre les grands déséquilibres monétaires, il faut avoir un ministre des finances qui dirige le bateau, commente Hans Stark, le secrétaire général du Comité d’études des relations franco-allemandes (Cerfa), pour Europe1.fr. C’est la même chose pour la lutte contre le déficit. Le Budget et les Finances vont ensembles.”

Boursier.com - Moscovici quitte Bercy, Montebourg promu ministre de l'Economie

Des poids lourds en Allemagne. Respecté outre-Rhin à gauche comme à droite, ce découpage ministériel a toujours favorisé la domination du ministère des Finances sur celui de l’Economie. Protocolairement, le ministre qui s’occupe du Budget est d’ailleurs toujours le second du gouvernement allemand, derrière le Chancelier.

C’est notamment la raison pour laquelle ce sont toujours des poids lourds, issus du parti dominant de la majorité au pouvoir, qui obtiennent ces portefeuilles. Wolfgang Schaüble, l’actuel ministre des Finances allemand, ne déroge pas à la règle. Confirmé fin 2013 dans ses fonctions lors de la formation du nouveau gouvernement, il a encore gagné en popularité en présentant un budget sans déficit pour 2015.

Quel équilibre en France ? La domination du ministère des Finances sur celui de l’Economie en Allemagne n’a néanmoins pas toujours coulé de source. “C’est venu avec la pratique”, confirme Hans Stark. Michel Sapin parviendra-t-il à s’imposer face à Arnaud Montebourg ? La presse allemande en doute.

Si le nouveau ministre de l’Economie français, interrogé jeudi sur France 2, plaide pour un fonctionnement en tandem, la plupart des titres de presse allemands s’inquiètent de la tournure que pourraient prendre les choses. Là-bas, personne n’a oublié le fort tempérament d’Arnaud Montebourg et ses sorties remarquées, comme lorsqu’il avait comparé Angela Merkel à l’empereur de Prusse Otto von Bismarck. Le nouveau ministre de l’Economie y est vu comme un “populiste”, Michel Sapin comme un “boudhiste”.

michel sapin

© Reuters

“Michel Sapin est un ministre sérieux, fiable et expérimenté aux yeux des allemands, mais aussi un ministre qui aura besoin de tout son calme et de sa détermination pour accomplir la tâche de l’assainissement des finances publiques, détaille David Philippot, le correspondant d’Europe 1 à Berlin. Quand Michel Sapin est comparé à Boudha et Montebourg à un populiste, il y a l’interrogation sous-jacente de savoir lequel va réussir à maîtriser l’autre. La presse allemande  écrit d’ailleurs souvent que Montebourg a déjà pris le dessus sur Moscovici.”

Montebourg pourrait vouloir plus. Une inquiétude d’autant plus d’actualité que l’ex-ministre du Redressement productif pourrait vouloir s’arroger de nouvelles compétences. Certes nommé ministre de l’Economie, ses missions ne semblent pas s’être autant élargies qu’il l’aurait souhaité. En lui retirant la compétence budgétaire, François Hollande lui confie l’unique gestion de l’Economie réelle, combat qu’il menait déjà dans son ancien ministère.

La situation s’est d’ailleurs détériorée depuis l’annonce du nouveau gouvernement. En effet, il semble de plus en plus clair que le Commerce extérieur sera désormais rattaché au ministère des Affaires étrangères. Unique différence avec le fonctionnement allemand, cet arbitrage qui lui est défavorable pourrait le pousser à s’imposer politiquement face à Michel Sapin dans les décisions à Bercy.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

MEMO - Gouvernement Valls : les cinq infos à retenir

ACTU - Arnaud Montebourg prend du galon à Bercy

REACTION - Montebourg à l'Economie : qu'en pense Bruxelles ?

COUAC - Commerce extérieur : Fabius 1 - Montebourg 0