Montebourg : "les agences de notation n’ont aucune crédibilité"

  • A
  • A
Montebourg : "les agences de notation n’ont aucune crédibilité"
Selon Arnaud Montebourg, la dégradation de la note de la France est un "non-évènement".
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - D'après le ministre, la dégradation de la note de la France est un non-événement pour le gouvernement.

L'INFO. Arnaud Montebourg a vivement réagi vendredi soir sur Europe 1 à la dégradation de la note de la France par Standard&Poor’s. “Ce sont des garçons en culotte courte qui se réunissent, lisent la presse et mettent des notes”, a égratigné le ministre du Redressement productif.

"Nous considérons que les agences de notation n’ont aucune crédibilité. Je l’avais dit lorsque j’étais dans l’opposition. Nous le disons donc quand nous sommes au pouvoir", a ajouté Arnaud Montebourg.

Un nouveau système. Le ministre du Redressement productif a également évoqué l'idée de mettre en place d'un nouveau système de notation. "J'avais demandé leur démantèlement à l'époque de la crise. Michel Barnier, le commissaire européen (de droite, ndlr), a fait des déclarations encore plus fracassantes contre elles. Je pense qu'à un moment il faudra que nous imaginions un système de notation qui soit organisé de manière plus sérieuse", a-t-il développé, fustigeant la proximité de ces agences avec le monde de la finance.

"Lorsque Standard & Poor's a dégradé la note des Etats-Unis, Barack Obama a eu exactement la même réaction. Il a considéré que c'était un acte sans aucune importance, les taux d'intérêt des prêts aux Etats n'ont d'ailleurs pas bougé", a tenu à rassurer le ministre. "Nous considérons que ces agences ne sont pas sérieuses, ne travaillent pas et ont démontré qu'elles avaient failli car pendant la crise, elles ont noté positivement des banques qui étaient bourrées de cadavres dans leurs comptes", a-t-il conclu.



Arnaud Montebourg : "Les agences de notation n...par Europe1fr

Un gouvernement au diapason. Toute la journée, les membres du gouvernement se sont succédé dans les médias pour minimiser la portée de la décision de l'agence de notation. "Je déplore certains jugements que je considère comme critiques et inexacts. Je trouve en effet que les jugements portés sur les réformes ne sont exacts et qu'ils exagérément critiques (...) notamment sur un point : ils sous-estiment la capacité de la France à se réformer, la capacité de la France à se redresser", a commenté le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici.

"La note de la France reste parmi les meilleures au monde, c'est ce qui compte", a de son côté soulevé le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. "L'agence parle de perspective, certains pays ont des perspectives négatives, ce n'est pas le cas de la France", a-t-il ajouté.