Molex : le site de Villemur piloté depuis les Etats-Unis

  • A
  • A
Molex : le site de Villemur piloté depuis les Etats-Unis
Partagez sur :

Les salariés ont voté jeudi la reprise du travail, mais le site est maintenu fermé par la direction.

L’usine Molex de Villemur-Sur-Tarn est désormais gérée depuis les Etats-Unis. Le siège de l’équipementier automobile américain, basé dans l’Illinois, a décidé de reprendre en main le management direct du site français localisé près de Toulouse, a annoncé jeudi Marcus Kerriou, ancien co-gérant du site.

"Les collègues aux Etats-Unis prennent les rênes, a affirmé Marcus Kerriou. La direction est extrêmement mécontente quant à la situation à Villemur, même si ce n'est pas dû à notre travail", a-t-il ajouté. Marcus Kerriou, comme l’autre co-gérant du site, William Brosnan, a donné sa démission jeudi, mais il reste impliqué sur le site de Villemur dans le cadre de ses responsabilités à l’échelle européenne au sein du groupe.

Sur place, les salariés ont voté à l’unanimité la reprise du travail jeudi après-midi. Christian Estrosi, ministre de l’Industrie, a aussitôt salué "le sens des responsabilités des salariés, qui viennent de donner le signe qu’ils sont résolument prêts à donner toutes ses chances au dialogue".

Des vigiles ont toutefois empêché les salariés, qui venaient de voter la fin de la grève, d'entrer dans l'usine. En effet, pour la direction de Molex, le vote "ne change rien, le site reste fermé et sécurisé", a indiqué Marcus Kerriou. Christian Estrosi a fait savoir qu’il mettait tout en œuvre pour "reprendre le dialogue avec les dirigeants de Molex, avec pour objectif de créer les conditions d’une issue la plus favorable".

Molex, qui emploie 283 personnes à Villemur, avait décidé de fermer provisoirement son usine mercredi pour des raisons de sécurité après une bousculade au cours de laquelle le directeur du développement de Molex, mardi soir à la sortie de l'usine, a été pris à partie par des salariés. L’équipementier automobile doit fermer définitivement le site, fin octobre, dans le cadre d'une vaste réorganisation du groupe.