Moins de RTT pour du travail assuré

  • A
  • A
Moins de RTT pour du travail assuré
Le site de Continental de Clairoix en mars 2010C.@ MAXPPP
Partagez sur :

Les "Conti" ont approuvé à 52% lundi un plan de maintien de l'emploi de la direction.

Même sans avantages, ils veulent travailler. La majorité (52%) des salariés de l'équipementier automobile allemand Continental de trois sites en Midi-Pyrénées et d’un autre en Ile-de-France ont approuvé lundi un plan de maintien de l'emploi de la direction prévoyant des sacrifices salariaux.

Concrètement, la direction va réduire le coût du travail de 8% en gelant quasiment les augmentations de salaire en 2011, mais également en diminuant fortement la prime d'intéressement et en supprimant deux jours de RTT par an jusqu'en 2015. En contrepartie, la direction de Continental en Allemagne s'engage à maintenir la charge de travail jusqu'en 2015.

83% des salariés ont voté

Le plan est vital pour la survie des quatre sites - Toulouse, Boussens et Foix pour Midi-Pyrénées et Rambouillet dans les Yvelines -, a assuré la direction. Et ce, non pas à très court terme puisque Continental Automotive est une entreprise profitable, mais au-delà parce que les usines vont au-devant d'une baisse alarmante de leurs commandes en 2012 et 2013.

83% du personnel a participé à ce vote. Et ce, alors que les 2.500 salariés des quatre sites de Continental Automotive France avaient le choix entre donner leur avis lors de la consultation organisée par la direction ou la boycotter, comme les y avaient appelés la CGT et la CFDT, représentants de 60% du personnel.

"Un encouragement fort"

C’est un "encouragement fort pour la poursuite du développement" des activités de Continental Automotive France, a commenté son président Antoine Jouin. "A travers cette approbation, je mesure l'attachement des salariés à leur entreprise ainsi que leur lucidité quant au contexte auquel nous sommes confrontés", a-t-il ajouté.

Les syndicats minoritaires de l'entreprise, qui avaient appelé à participer au scrutin, doivent se réunir pour déterminer la suite à donner aux événements. La CGT comme la CFDT ont d'ores et déjà annoncé qu'ils dénonceraient tout accord qui serait signé avec la direction.

Les usines Continental Automotive de Midi-Pyrénées fabriquent des composants électroniques pour les clients du groupe.