Moins d’absentéisme dans les entreprises en 2010

  • A
  • A
Moins d’absentéisme dans les entreprises en 2010
D'après une étude, il y a eu moins d'arrêts maladie en 2010 en France@ MAXPPP
Partagez sur :

C'est un des effets de la crise, le nombre d'arrêts maladie a diminué en France en 2010.

L’année 2010 aura été marquée par une baisse de l'absentéisme en France. C'est ce qui ressort d'une étude menée par la société Alma Consulting et publiée dans le Parisien mardi. Les Français ont été absents en moyenne 14,5 jours, contre 17,8 jours en 2009, révèle le baromètre 2010 réalisé par la société spécialisée dans le conseil opérationnel en réduction des coûts.

Une baisse due à la crise

Interrogé par le Parisien, Yannick Jarlaud, directeur chez Alma, explique que les raisons de ce phénomène sont à chercher du côté de la crise. "En période de difficultés économiques, invariablement, l'absentéisme diminue (...), chacun s'accroche à son emploi".

L’Ile-de-France se distingue

Une baisse des arrêts maladies qu’il convient toutefois de nuancer. D'après l'étude, cette diminution présente de fortes disparités sur le plan national. Les Franciliens se distinguent ainsi par leur assiduité au travail avec 12 jours d'absence en moyenne par salarié tandis que le Sud se retrouve en queue de peloton avec 27 jours. Un écart important que Yannick Jarlaud justifie par le nombre important de quinquagénaires dans le Sud, des quinquagénaires "deux fois plus absents que leurs jeunes collègues", précise-t-il.

La santé, « lanterne rouge »

De même, les secteurs d'activité ne sont pas tous concernés de la même façon par cette diminution de l’absentéisme. Le BTP serait le mieux loti avec une moyenne de 11,8 jours par salarié. Des résultats qui peuvent surprendre au regard des "conditions de travail réputées difficiles" dans ce secteur, mais qui s'expliquent notamment par "la mise en place de politiques de ressources humaines spécifiques" dans les grands groupes, précise Yannick Jarlaud.

Du côté des mauvais élèves, on retrouve les activités de services et le secteur de la santé, ce dernier étant décrit comme la "lanterne rouge" avec une moyenne de 21,3 jours par salarié. Des résultats directement imputables à de "fortes contraintes budgétaires" engendrant des "effets négatifs sur la présence des personnels" pour le secteur de la santé.