Mobilisation mondiale pour la Journée pour le Climat

  • A
  • A
Mobilisation mondiale pour la Journée pour le Climat
Partagez sur :

Des milliers de manifestants se sont réunis de Sydney à Stockholm en passant par Paris, Londres, Berlin ou Madrid.

Le coup d'envoi de cette Journée mondiale pour le Climat a été donné à Sydney, où plusieurs milliers de manifestants ont déployé des banderoles avec le nombre "350", allusion à la concentration de CO2 dans l'atmosphère. 350 parties par million (ppm) est le chiffre à ne pas dépasser pour éviter un réchauffement climatique ingérable, selon certains scientifiques. Des protestataires ont formé sur les marches de l'Opéra de Sydney ce nombre avec leurs corps, tandis que les cloches de la cathédrale ont retenti 350 fois.

A Londres plus de 600 personnes se sont rassemblées aux abord de la Tamise pour former le chiffre 5. Une photo aérienne de ce rassemblement sera ajoutée aux autres rassemblements qui ont formé ailleurs dans le monde les chiffres '3" et "O" afin d'écrire le nombre 350.

A Paris, les manifestants ont choisi un autre symbole : ils ont fait sonner leurs téléphones portables et de gros réveils à 12H18 précises, pour faire référence au jour de clôture de la conférence sur le climat prévue à Copenhague du 7 au 18 décembre. Ils entendaient ainsi "réveiller" les politiques, le président Nicolas Sarkozy en tête, afin qu'ils se préparent à cette conférence qui sera précédée d'un sommet européen les 29 et 30 octobre. "Nicolas, réveille-toi", pouvait-on lire sur une banderole.

Des manifestations ont également eu lieu à Stockholm, Berlin, dans la ville serbe de Novi Sad, à Istanbul, au centre de Madrid... Objectif, mobiliser l'opinion publique mondiale à cinq semaines de la conférence de Copenhague. Considérée comme cruciale, elle est destinée à établir un nouveau traité international sur le climat pour remplacer le Protocole de Kyoto qui expire en 2012. Mais le premier ministre danois Lars Loekke Rasmussen a déjà prévenu que les discussions sur le climat n'allaient pas assez vite pour qu'un accord international puisse être conclu à Copenhague.