Mines : Montebourg part au charbon

  • A
  • A
Mines : Montebourg part au charbon
Vendredi matin, le ministre du Redressement productif doit officialiser la création d'une entreprise nationale minière@ Martial You/Europe1
Partagez sur :

ON CREUSE- Le ministre du Redressement productif a officialisé la création d'une entreprise publique qui va sonder le sous-sol français.

Un parfum d'histoire. Arnaud Montebourg joue les chercheurs d'or. Le ministre du Redressement productif a officialisé vendre la création d'une entreprise nationale minière, comme au bon vieux temps des Charbonnages de France. L'idée : avoir une société dotée d'un budget de 200 à 400 millions d'euros de capitaux publics pour sonder le sous-sol, à la recherche de métaux précieux. "Cette société s'appellera la Compagnie nationale des mines de France (CMF), a confié au Parisien Arnaud Montebourg.



Qu'il y a-t-il dans nos sols ? De l'or en Anjou et en Guyane, du cuivre en Mayenne ou dans la Sarthe mais aussi du zinc, du Tungstène ou du cobalt, les équipes d'Arnaud Montebourg  assurent qu'il y a toutes sortes de métaux précieux dans notre sous-sol. Et la future société devra s'en assurer et les recenser, à l'image de ce qui se fait aujourd'hui au Japon ou, plus récemment, en Allemagne. Les nouvelles techniques d'extraction devraient, par ailleurs, permettre d'aller les chercher dans les anciennes mines.



Ces zones, le ministère du Redressement productif les a baptisé les "terres rares", parce qu'on espère y trouver des métaux qui servent aujourd'hui à fabriquer les circuits imprimés, les écrans des téléphones portables ou des tablettes.



Qui pour explorer les mines ? Pour l'exploration des mines, le gouvernement prévoit un partenariat avec des entreprises privées, comme les deux géantes anglo-australiennes Rio Tinto et BHP, qui investissent à l'étranger entre 5 et 15 millions par chantier et assurent créer, à chaque fois, 300 emplois directs et jusqu'à 1500 emplois indirects.

Aucun permis d'exploration n'avait été accordé depuis 30 en France jusqu'à octobre dernier, où deux permis ont été octroyés à la société orléanaise Variscan Mines, en Nord-Sarthe et en Mayenne. Signe que la majorité actuelle est bien décidée à relancer l'activité sous nos sols, une refonte du code minier doit être présentée au Parlement avant cet été.

sur le même sujet, sujet,

ZOOM - Un code minier bien trop libéral