Meet My Mama : permettre aux femmes migrantes et réfugiées de vivre de leur cuisine

  • A
  • A
Meet My Mama : permettre aux femmes migrantes et réfugiées de vivre de leur cuisine
Préparation atelier Meet My Mama
Partagez sur :

Youssef Oudhaman a créé Meet My Mama, une entreprise sociale qui détecte et valorise les talents culinaires de femmes issues des migrations ou réfugiées. À travers des rencontres culinaires et un service de traiteur, Meet My Mama leur donne le pouvoir de s’affirmer grâce à leur savoir-faire, et promeut une vision multiculturelle de notre société.

PARTENARIAT

Comment mieux vivre dans un monde qui change ? Comment redonner du sens à son travail  ? C’est pour vous aider à répondre à ces questions qu’Europe 1 s’engage concrètement auprès des acteurs de l’économie sociale et solidaire. Cet engagement s’incarne notamment par notre partenariat avec Ticket for Change, une start-up dont l’objectif  est de changer la société par entrepreneuriat. Ticket for Change est un «facilitateur de projets», qui accompagne des entrepreneurs et aide les salariés à innover au sein de l’entreprise . A travers une série de témoignages d’hommes et de femmes publiés sur Europe1.fr dans le cadre de ce partenariat, vous pourrez découvrir comment être un acteur du changement et redonner du sens à ses actions. 

Ce témoignage de Youssef Oudhaman a été publié en décembre 2017 dans le cadre du parcours entrepreneur 2016 auquel il a participé. 

Un passionné de cuisine qui se décide à entreprendre

"J’ai grandi dans une zone urbaine sensible en Auvergne à Thiers. Après un passage éclair en faculté d’histoire, j’ai choisi de continuer en école de commerce. Lors de mes stages, j’ai eu un coup de cœur pour la marque de smoothies Innocent. Ça m’a donné envie de monter moi aussi mon projet autour de ce qui me plaisait : la cuisine du monde. En 2012, j’ai rejoint une start-up fondée par un ami : Critizr. C’est une application qui permet aux consommateurs de s’adresser directement aux responsables d’une enseigne. Pendant trois ans, j’ai eu l’impression d’entreprendre car tout était encore à faire mais il me manquait une utilité. Alors fin 2015, j’ai décidé de partir pour l’Asie du Sud–Est avec un objectif : m’inspirer de ce qui se faisait en terme de food, tech et d’entrepreneuriat social. Un an plus tard je suis rentré et j’ai pour la première fois formalisé sur le papier le problème qui me tient à cœur. Celui du gâchis de talent des femmes du monde, qui ont le potentiel, selon moi, de connecter les gens par leur savoir-faire en cuisine et de les inspirer par leur histoire. Quelques temps plus tard, je suis tombé sur l’appel à candidature de Ticket for Change… et j’ai saisi ma chance !”

Compréhension du problème et prototypage

“J’ai postulé au Parcours Entrepreneur pour avoir une feuille de route claire, qui me permettrait de développer mon projet de cuisine du monde. C’est ce que j’ai obtenu grâce à tous les outils pédagogiques, et ça continue de m’aider énormément aujourd’hui quand je suis paumé dans mon projet. Ticket m’a aussi permis de comprendre la force du prototypage. C’est ce qui m’a fait avancer très vite, et poussé à tester mes solutions dès la fin du programme. Enfin Ticket m’a apporté un réseau important et très utile : ça m’a permis d’avoir mes premiers clients !”


Le parcours entrepreneur : Qu'est-ce que c'est ?

Le Parcours Entrepreneur est un programme d’accompagnement de 6 mois, pour des individus, seuls ou en équipe, qui ont une idée de projet pour résoudre nos enjeux de société. Ticket for Change accompagne ainsi chaque année 50 talents à lancer leur start-up à impact positif en leur apportant un suivi personnalisé, des outils concrets pour tester leur idée sur le terrain, un réseau de pairs et d'experts, et une visibilité pour leur projet. Au cœur de ce programme : le Ticket Tour, un voyage intense de 10 jours à travers la France pour rencontrer sur le terrain les pionniers les plus inspirants du pays, découvrir les solutions locales, et prototyper rapidement sa start-up sociale. Et tout au long du programme, un accompagnement en ligne personnalisé et quotidien est proposé (mentoring & formations et ressources en ligne). 

Les premiers résultats

“Très vite après le programme Ticket, j’ai été sollicité par des entreprises pour réinventer le format traiteur classique. Aujourd’hui, on propose donc de vraies expériences autour des mamas qui prennent la parole pour raconter leur histoire et leur cuisine dans les entreprises.

Avec nos 20 mamas, on a déjà travaillé avec 65 entreprises, fait goûter nos recettes à 20.000 personnes, et on réalise entre 30 et 40 prestations chaque mois !

En parallèle, on a aussi lancé un programme d’empowerment féminin, la “Mama Academy”, et on va sortir une plateforme en ligne pour présenter et offrir nos services plus largement. On veut devenir la plus grande entreprise de cuisine du monde en Europe et permettre à ces femmes de vivre durablement de leur talent !"

Une mauvaise idée testée a plus de valeur qu’une bonne idée qui reste au placard

"En tant qu’entrepreneur, mon conseil pour se lancer c’est de tester ses idées rapidement, même si ce n’est pas parfait. Si tu ne te lances pas, tu ne sauras jamais, c’est aussi simple que ça. Moi j’ai commencé par tester mon projet chez des amis et dans des restaurants qui n’avaient pas de clients, c’était tout petit mais ça m’a rapidement permis de savoir que j’étais sur le bon chemin !"

Zoom sur une mama pionnière : Nitarshini Mathyalagan

Nitarshini Mathyalagan

Nitarshini Mathyalagan, mama pour Meet My Mama

Nitarshini Mathyalagan est une réfugiée de 34 ans arrivée à Paris en 2015 avec sa fille de 10 ans, mais sans son mari, bloqué à Kuala Lumpur. Youssef la rencontre presque par hasard au siège de France Terre d’Asile car dans les couloirs, on lui a parlé de “quelqu’un doué en pâtisserie”.

Ils discutent un après-midi entier. Banco : elle devient la toute première “mama” et réalise les premières prestations de Meet My Mama. Aujourd’hui, elle est devenue la clé de voûte du groupe des “mamas”, c’est son activité principale et elle va passer auto-entrepreneur. “Pour la première fois depuis que je suis arrivée en France, je suis relax, je me sens fière, le regard de ma fille a changé”.