Maurice Lévy (Publicis) : "Les populistes appliquent leurs programmes"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le président du directoire de Publicis, Maurice Lévy, constate amèrement que les premiers jours de Donald Trump au pouvoir sont en adéquation avec ce qu'il avait promis durant sa campagne.

INTERVIEW

"America first", c'est ce que ne cesse de répéter Donald Trump aux firmes étrangères. Pour le géant français Publicis, qui réalise 54% de son chiffre d'affaires en Amérique du Nord, il n'y a pas encore lieu de s'inquiéter. "À ce jour, il n’y a pas de changement sur le fonctionnement des entreprises", assure Maurice Lévy, président du directoire de Publicis, invité de la matinale d'Europe 1 mardi.

Une politique migratoire alarmante. "Donald Trump ne prend pas en compte la nationalité des entreprises mais le fait qu’elles opèrent depuis les Etats-Unis. Il veut plutôt faire travailler les Américains", temporise le patron, qui s'apprête à passer la main. Pour autant, Maurice Lévy tient à rester vigilant sur les conséquences de la politique menée par le président américain depuis son accession au pouvoir, notamment sur l'immigration. "L'octroi des visas, pour des personnes venant d’Inde par exemple, risque d’être beaucoup plus compliqué", prévient-il. 

Les populistes "appliquent leurs idées". Ces mesures limitant drastiquement l'immigration ont suscité l'émotion de plusieurs grands patrons de la Silicon Valley, parmi lesquels Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook. Mais cette mobilisation a peu de chances de faire plier Donald Trump, selon Maurice Lévy. "Je n’ai pas l’impression que ce soit quelqu'un qui s’émeuve rapidement", estime le patron de Publicis. Pour lui, les premiers jours de Donald Trump au pouvoir sont "un démenti assez clair" à "tous ceux qui pensent que les populistes ne vont pas appliquer leur programme. Ils appliquent leurs idées", martèle Maurice Lévy. Et cela est un mauvais signal pour les Etats-Unis. "L’expression de ce repli sur soi n’est rien d’autre qu’une crainte du monde extérieur, et je pense que si l’Amérique veut montrer sa puissance, c’est en étant ouverte".