Qui sont ces Français qui se lancent dans le commerce ?

  • A
  • A
Qui sont ces Français qui se lancent dans le commerce ?
108.000 commerces ont été créés en 2014, dont beaucoup dans le secteur de l'alimentation.@ FRANCOIS GUILLOT / AFP
Partagez sur :

ZOOM - Une majorité d’hommes, une préférence pour le sud de la France : l’Insee a décortiqué le profil des entreprises de commerce créées en 2014.

Qui a dit que les Français n'ont pas la fibre entrepreneuriale ? D'après l'Insee, ils ont créé 108.000 entreprises dans le seul secteur du commerce en 2014. Mais qui sont ces nouveaux commerçants ? Où s’installent-ils ? Quelles sont leurs chances de réussir ? Les réponses se trouvent dans le dernier rapport de l’institut national, publié jeudi. En voici les grandes lignes.

Qui sont ces nouveaux commerçants ? Si les créateurs d’entreprises de commerce proviennent de tous les horizons, beaucoup partagent de nombreuses caractéristiques. Ainsi, sept créateurs d’entreprises sur dix sont des hommes. A l’exception du commerce de détail, les femmes se font rares. De même, un tiers de ces entrepreneurs ont déjà créé une autre entreprise dans le passé.  Enfin, beaucoup changent de vie en créant leur commerce : "seulement la moitié des créateurs lancent une entreprise dans la continuité de leur métier principal", souligne l’Insee. Mais qu’est-ce-qui fait avancer ces entrepreneurs ? Pour 53% d’entre eux, c’est le désir d’être indépendants, tandis que 41% d’entre eux mettent en avant le goût d’entreprendre.

L’autre tendance marquante réside dans l’essor des auto-entrepreneurs : sur les 108.000 entreprises créées en 2014, 57.000 l’ont été sous le statut d’auto-entrepreneur, c’est-à-dire plus de la moitié. Cette forme d’entreprise est particulièrement privilégiée dans les secteurs de la vente à distance, de la vente à domicile ou encore de la vente sur éventaires et marchés. Ces auto-entrepreneurs sont plus jeunes que la moyenne, 32% ont moins de 30 ans, et investissent moins d’argent que la moyenne pour lancer leur activité.

Où s’installent ces nouveaux commerces ? 15% des commerces qui ont ouvert en 2014 sont en fait une reprise d’entreprise. Les 85% restants ont donc le choix de s’installer où ils le désirent. Mais certains territoires sont clairement plus attractifs que d’autres : ces nouveaux commerçants s’installent surtout dans les agglomérations moyennes, qui comptent entre 50.000 à 199.000 habitants. Et, surtout, ces entrepreneurs privilégient clairement le sud de la France : les créations de commerce y sont 40% plus nombreuses que la moyenne nationale, comme le montre cette carte de l’Insee.

02.12.Carte-creation-commerce.INSEE.640.640

Des commerces à l’espérance de vie très aléatoire. Ouvrir un commerce est une chose, réussir à le pérenniser en est une autre. En effet, plus d’un tiers des commerces mettent la clé sous la porte au bout de trois ans : "seules 64% des entreprises classiques du commerce créées au premier semestre 2010 sont toujours actives à la fin de l’année 2013", précise l’Insee. Certains types de commerces ont néanmoins plus de chance de survivre que d’autres : les magasins qui résistent le mieux sont en général spécialisés dans l’équipement de la maison, les produits culturels et le sport. A l’opposé, les magasins d’alimentation générale, les commerces spécialisés dans l’information et la communication sont ceux qui ferment le plus souvent.

Mais le choix du secteur d’activité n’est pas la seule explication à la longévité d’un commerce : la mise de départ investie par l’entrepreneur compte énormément. "Les créateurs (hors auto-entrepreneurs) ayant investi moins de 8.000 euros ont moins de six chances sur dix de voir leur entreprise dépasser le cap des trois ans, contre près de trois chances sur quatre pour ceux ayant investi 80.000 euros ou plus dans leur projet. Les entreprises créées avec l’aide de l’entourage professionnel ou familial, plutôt que seul, sont également plus durables", dixit l’Insee.