Lutte contre la pauvreté : les grands axes

  • A
  • A
Lutte contre la pauvreté : les grands axes
Marisol Touraine a donné lundi le coup d'envoi de la conférence nationale de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion, qui s'étend jusqu'à mardi.@ MAXPPP
Partagez sur :

INFO E1 - Jean-Marc Ayrault devrait annoncer une hausse du RSA et 50 millions pour le logement.

"C'est l'occasion de mettre la pauvreté au cœur de la République", a annoncé la ministre déléguée chargée de la lutte contre l'exclusion, Marie-Arlette Carlotti, pour expliquer le rôle de la conférence nationale de lutte contre la pauvreté, qui se clôture mardi. Il s'agit, d'après la ministre, d'une "étape" visant à "définir un plan pluriannuel". Mais quelques annonces concrètes devraient tout de même en ressortir, présentées mardi matin par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Europe1 vous les dévoile en avant-première.

>> À lire : au fait, c'est quoi être pauvre ?

50 millions pour le logement. D'abord, une enveloppe de 50 millions devrait être débloquée pour financer des logements d'urgence. L'idée? "Accueillir des familles entières et éviter ainsi de séparer des fratries", selon le gouvernement.

Elargir le RSA et assouplir son accès. Le Premier ministre devrait également annoncer une revalorisation du RSA pour qu'il représente la moitié du Smic,  ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Le Smic, net, s'élève à un peu plus de 1100 euros. Le RSA est à 475 euros.

Jean-Marc Ayrault envisagerait également d'assouplir les conditions pour que les jeunes aient accès au RSA. Aujourd'hui, il existe une aide en direction des moins de 25 ans. Mais pour y avoir droit, les jeunes doivent avoir travaillé au moins deux ans sur les trois dernières années. Résultat : on attendait 160.000 bénéficiaires, il n'y en a que 10.000.

Relever le plafond de la CMU. Le gouvernement pourrait, enfin, relever le plafond qui permet d'avoir droit à la CMU, la couverture maladie des plus défavorisés. Aujourd'hui, y ont accès les personnes gagnant 7.934 euros par an. Le plafond serait relevé "au dessus de 8.000 euros de ressources annuelles pour une personne seule", selon nos informations.