Loi El Khomri : "la plus grande précarité, c'est le chômage"

  • A
  • A
Partagez sur :

Olivier Mathiot, président-co-fondateur de PriceMinister-Rakuten s'est dit favorable sur Europe 1 à la réforme du travail, très contestée.

INTERVIEW

"Je pense que la plus grande précarité, c’est d’être en dehors du travail, de l’activité." Olivier Mathiot, président-Co-fondateur de PriceMinister-Rakuten, qui se dit "patron de gauche", également porte parole du mouvement des pigeons en 2012, a livré son point de vue, jeudi, sur Europe 1, sur la réforme contestée du Code du travail. Selon lui, le problème numéro 1 à régler est celui du chômage : "Les aspirations des jeunes, ce sont des images du passé. La réalité, c’est 25% de chômage chez les jeunes, détaille l'entrepreneur. "Les entreprises peuvent les sortir de la précarité s'ils les embauchent. Mais il faut se poser la question, si l'on veut recruter, du coût du travail et du droit du travail.”

Rendre plus flexible le marché du travail. "Je pense qu’il faut "flexibiliser" le droit du travail pour faciliter le recrutement", ajoute-il. "Ce n'est jamais compliqué de recruter mais on a un droit du travail très complexe une fois qu’on est dans l’entreprise en CDI. Par exemple, quand une entreprise grandit vite, notamment les start-up, elles franchissent certains paliers. A partir de 50 salariés, plusieurs dizaines de nouvelles mesures s’imposent aux entreprises. Il y a trop de contraintes."