Les vendeurs de meubles lorgnent sur votre PEL

  • A
  • A
Les vendeurs de meubles lorgnent sur votre PEL
@ REUTERS
Partagez sur :

EXCLU E1 - Le secteur va demander au gouvernement d’autoriser le déblocage des PEL pour l’achat de meubles.

Les Français ont des réserves d’argent bloqué et certains aimeraient bien que ces sommes soient plus facilement disponibles pour être réinjectées dans l’économie. C’est notamment le cas du secteur de l’ameublement, qui souffre actuellement et pense avoir trouvé la solution : selon les informations d’Europe 1, ses représentants vont demander au gouvernement d’autoriser les Français à utiliser leur Plan Epargne Logement (PEL) si c’est pour acheter des meubles.

Un secteur malmené. L’adage "quand le bâtiment va, tout va" est particulièrement vrai pour le secteur de l’ameublement, dont l’activité dépend du secteur immobilier : on a tendance à acheter des meubles lorsqu’on déménage ou qu’on acquiert un logement. Et comme le marché immobilier est atone depuis quelques années, les meubles se vendent moins bien : -10% en 2012. Or ce secteur représente près de 130.000 emplois.

>> LIRE AUSSI - La folle baisse des prix des résidences secondaires

Un espoir nommé PEL. Pour mieux résister à ce trou d’air, le secteur a donc décidé de ressortir de ses cartons une mesure qui avait été prise exceptionnellement dans les années 90 et qui avait fait ses preuves : autoriser les consommateurs à casser leur PEL pour l’achat de meubles.

Selon les informations d’Europe1, la fédération française du négoce de l'ameublement et de l'équipement de la maison (Fnaem) et l’Union national des industries françaises de l'ameublement (UNIFA) vont donc appeler le Ministre de l'économie pour lui demander d’autoriser à nouveau le déblocage exceptionnel des PEL.

Réveiller les PEL "qui dorment". "Il faut donner envie aux consommateurs d’acheter des meubles et il faut lui en donner les moyens. Notre idée, c’est de pouvoir débloquer pour des achats de meuble une partie des Plans épargne logement qui dorment aujourd’hui et qui sont très importants chez les Français", argumente Didier Baumgartem, président de la FNAEM.

Et ce dernier d’ajouter : "Si nous arrivons à avoir cette mesure, imaginez quelqu’un qui a un PEL de 40.000 euros, il se dira qu’il n’a pas de projet immobilier dans les 5 ans, alors pourquoi ne pas prélever 10.000 euros sur ce plan pour refaire sa cuisine ou son salon ? Aujourd’hui, le PEL, malheureusement, ne sert plus beaucoup à acheter un logement et c’est devenu  une sorte de grosse tirelire dans laquelle les Français épargnent. On voudrait simplement puiser un peu pour relancer la consommation d’ameublement".

>> Dans son Zoom éco, Axel de Tarlé s'interrogeait lui aussi sur le fonctionnement du PEL :



Un PEL "totalement inefficace"par Europe1fr