Les très chères colonies de vacances de La Poste

  • A
  • A
Les très chères colonies de vacances de La Poste
L'AVEA, l'association qui gère les colonies de vacances, disposait d'un budget de 90 millions d'euros sur ces cinq dernières années. @ avea-vacances.fr
Partagez sur :

La Cour des comptes pointe du doigt la gestion des activités sociales de La Poste. 

La Poste est-elle trop généreuse dans les activités qu'elle propose à ses salariés ? La Cour des Comptes a rendu un rapport mardi sur la gestion de ses activités sociales. Les Sages de la rue Cambon pointent une gabegie financière, notamment dans la gestion des colonies de vacances.

Une "association à papa". L'AVEA, l'association qui les gère, disposait d'un budget de 90 millions d'euros sur ces cinq dernières années pour organiser des activités à destination des employés aux revenus les plus modestes. Mais elle accumule surtout les déficits. Et La Poste a dû rajouter deux millions pour combler les trous. Selon la Cour, l'Avea emploie trop de monde, organise des séjours à l'étranger au dessus de ses moyens et gère des centres de loisirs de plus en plus vides, le nombre d'enfants inscrits diminuant d'année en année.

"On ne va pas se mentir, ce modèle doit être rajeuni", commente sur Europe 1 la vice-présidente Force Ouvrière du comité d'entreprise, Véronique Grimaud. "Aujourd'hui, on a des gens qui sont volontaires et impliqués mais ça ne suffit pas. En face de l'AVEA, on est en face d'une entreprise, pas d'une association à papa. Et quand des millions sont en jeu, il faut mettre les bonnes personnes aux bons endroits", poursuit la syndicaliste.

Une "question délicate". La Cour des Comptes recommande par exemple de vendre, d'ici cinq ans, plusieurs de ses 13 centres de vacances. Ceux-ci tournent seulement à 10% de leur capacité. "C'est une question délicate", réagit pour Europe 1 le président de l'association, Bernard Kamerer. Qui s'explique : "Moi je pense qu'il faut que l'on regarde les choses comme elles sont et non comme on voudrait qu'elles soient. Il y a sûrement des centres plus attractifs que d'autres. Mais cela reste à débattre au sein de la structure".

En attendant, plusieurs mesures ont déjà été prises récemment. Depuis fin 2014, un nouveau directeur général est chargé d'équilibrer les comptes de l'association. La direction de La Poste a, elle, réduit sa subvention de 800.000 euros cette année.