Les travaux de rénovation énergétiques connaissent un boom

  • A
  • A
0 partage

Le crédit d'impôt pour faire des travaux énergétiques rencontre un franc succès notamment pour les changements de fenêtres.

INFO EUROPE 1

Changer ses fenêtres, isoler ses combles, installer une pompe à chaleur... Tous ces travaux permettent de faire des économies d'énergie et surtout de bénéficier d'un crédit d'impôt. Une formule qui a séduit plus de Français que prévu, l'État a même dû investir 300.000 euros de plus.

Des investissements au-delà des espérances de l'État. Les premières années les Français ne semblaient pas très pressés d'en profiter. Mais aujourd'hui, les résultats sont là et dépassent même les espérances du gouvernement. Selon les informations d'Europe 1, ce crédit d'impôt devait coûter 1,4 milliard d'euros à l'État. Finalement il a dépensé 1,7 milliard, signe que les Français font de plus en plus de travaux pour faire des économies d'énergie.  

Clients comme artisans en profitent. Les travaux les plus courants sont les changements de fenêtres. Le crédit d'impôt aurait permis de sauver 8.000 emplois dans le secteur. Et pour la société K Line, installée en Vendée, cette disposition a même permis d'embaucher. Cette reprise d'activité a été décisive pour le groupe. "Nous avions une décision à prendre sur le lancement de la construction d'une nouvelle usine parce que nous avions besoin de capacités de production", explique son dirigeant Bruno Léger. "Et à partir du moment où nous avons eu confiance sur les marchés, nous avons pris cette décision. Le bâtiment est presque terminé et nous allons commencer à installer les machines."

Un échec dans certains secteurs.L'isolation des combles et des toitures fonctionne bien. En revanche, c'est un échec pour l'isolation thermique des façades. Ce sont souvent des travaux compliqués comme ce peut être le cas pour les vieux immeubles haussmanniens dont l'esthétique pourrait être gâchée. Et dans les copropriétés, les dossiers peuvent être difficiles à monter. Mais la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, ne désarme pas. Elle a l'intention de rendre ces travaux obligatoires dès qu'un ravalement de façade est prévu.