Les traders ont touché plus en 2012

  • A
  • A
Les traders ont touché plus en 2012
Partagez sur :

Ils sont moins nombreux, mais la taille des enveloppes augmente.

288.000 par personne. L'année 2012 a indéniablement été un bon cru pour la finance. En bourse, où le CAC 40 a grimpé de 15 % en l'espace d'un an, mais aussi dans les portefeuilles des traders. Car si, en moyenne, la rémunération des Français a augmenté de 2,1 % selon la Sécurité sociale, les "opérateurs de marchés" ont eux été bien mieux lotis. L'enveloppe qui leur a été consacrée au titre de l'an dernier par BNP Paribas, la Société Générale et le Crédit Agricole a en effet crû de 7 %. En numéraire, cela représente tout de même un peu plus de deux milliards d'euros à partager entre 7.276 personnes. Soit tout de même quelques 288.000 euros chacun.

>> A LIRE AUSSI : Salaires, une (presque) bonne année

Les effectifs diminuent… Cette somme est d'autant plus importante que, dans le même temps, le nombre de ces traders a été réduit, du fait de nombreux plans d'économies dans les établissements bancaires. Au sein de BNP Paribas, par exemple, ils étaient "seulement" 3.252 en 2012, contre 3.479 un an plus tôt, tandis que la Société Générale s'est séparée de 880 salariés de son activité de banque de financement et d'investissement.

Boursier.com - Ce trader qui intrigue les marchés

… Les bonus grimpent. Du coup, l'enveloppe est encore plus juteuse pour ceux qui restent : Les traders de BNP Paribas se sont partagé un peu plus d'un milliard d'euros. En moyenne, cela représente 320.000 euros chacun, soit 48.000 euros de plus qu'en 2011. A la société générale, dont l'activité de banque d'investissement a enregistré une croissance de 13 % l'an dernier, l'enveloppe a atteint 841 millions d'euros, soit 292.000 euros par personne. La part variable, notamment, a grimpé de 20 %.

>> A LIRE AUSSI : Ce que prévoit la réforme bancaire

Des sommes mieux encadrées. Ces chiffres ont beau donner le tournis, on est loin des années fastes de la haute finance. La Société Générale, par exemple, a réduit ses bonus de 40 % entre 2011 et 2012. Surtout, l'Europe a décidé de mieux encadrer les sommes versées aux traders, notamment en imposant le "un pour un", c'est-à-dire que la part variable de la rémunération ne pourra plus dépasser le fixe.