Les Sodimédical toujours sans salaire

  • A
  • A
Les Sodimédical toujours sans salaire
Les salariés de Sodimédical attendent la décision de la Cour d'appel de Reims sur le versement de leur salaire. Elle a été mise en délibéré mercredi au 11 juillet.@ Capture
Partagez sur :

La justice a mis sa décision en délibéré, alors que les salariés ne sont pas rémunérés depuis octobre.

Il leur faudra attendre le 11 juillet pour espérer être payés. Les 54 salariés de Sodimédical, non rémunérés depuis octobre, vont devoir continuer de pointer tous les jours, sans salaire, ni travail. La Cour d'appel de Reims a mis sa décision en délibéré mercredi sur le versement de leurs salaires.

Des dizaines de procédures judiciaires

Les salariés de l'entreprise spécialisée dans la fabrication de pièces pour les blocs opératoires, de Plancy-l'Abbaye dans l'Aube, ne sont plus payés depuis la mise en sauvegarde judiciaire de la société, en octobre dernier. Et ce, alors que la filiale française du groupe avait été condamnée à verser les salaires impayés depuis mai 2011.

Toujours considérés comme des salariés de l'usine, les employés, des femmes en grande majorité, se sont dits "dépités" et inquiets. "Un délibéré dans un mois et demi c'est énorme, c'est inconcevable pour les salariés", a souligné leur avocate. "Chaque jour qui passe est un petit miracle", a assuré Me Campagnolo avant de se dire confiante sur l'issue du processus judiciaire, "car ne pas nous donner raison sur les salaires reviendrait à anéantir tous les débats judiciaires menés devant les autres juridictions".

Depuis l'annonce de la fermeture de l'usine en avril 2010, les employés ont mené des dizaines de procédures judiciaires pour tenter de conserver leurs emplois, délocalisés principalement en Chine. A deux reprises, en octobre 2011 et janvier 2012, la cour d'appel de Reims avait annulé des plans sociaux, considérant qu'il leur manquait une cause économique. Et le 25 janvier dernier, le conseil des prud'hommes de Troyes avait débouté les salariés de Sodimédical qui réclamaient directement à leur maison-mère Lohman et Rauscher Allemagne le versement de leurs salaires.