Les Sodimedical ont gagné une bataille

  • A
  • A
Les Sodimedical ont gagné une bataille
@ MAX PPP
Partagez sur :

INFO E1 - 10 mois de salaire vont être versés. La justice a aussi ordonné une relocalisation.

Les 52 salariés de l'entreprise Sodimedical sont soulagés. Ils vont pouvoir toucher leurs salaires impayés. La cour d’appel de Reims a ordonné mercredi que le groupe allemand Lohmann & Rauscher, propriétaire du site, leur paye tous les salaires non versés depuis 10 mois, selon des informations recueillies par Europe 1.

"Nous sommes très heureux", a confié l'une des employées, au micro d'Europe 1. Car parmi les salariés - majoritairement des femmes -  beaucoup s'étaient endettés ces derniers mois.

Une première bataille perdue et puis...

Les salariés de cette entreprise spécialisée dans la fabrication de pièces pour les blocs opératoires, de Plancy-l'Abbaye dans l'Aube, n'avaient plus de travail depuis l'été 2011 et n'étaient plus rémunérés depuis la mise en sauvegarde, début octobre, de la filiale française du groupe. Celle-ci avait déjà été condamnée à verser les salaires impayés depuis mai 2011.

Les 52 salariés avaient donc réclamé directement à leur maison-mère le versement de leur salaire mais ils avaient vu leurs espoirs s'effondrer, le 25 janvier 2012, puisque le conseil des prud'hommes de Troyes avait rejeté leur demande.

"La première relocalisation par décision de justice"

Pour la première fois en France, la cour d’appel de Reims a aussi ordonné que l'entreprise relocalise sur le territoire français ses activités délocalisées principalement en Chine. En clair, la justice ordonne au groupe Lohmann & Rauscher de rouvrir le site Plancy-L'Abbaye dans l'Aube. Si le groupe ne s'exécute pas, il devra payer 1.000 euros d'astreinte par jour de retard.

"Nous aurons ainsi réussi la première relocalisation par décision de justice et nous honorons à notre manière le redressement productif", s'est félicité leur avocat, Philippe Brun, reprenant à son compte l'intitulé du porte-feuilles ministériel détenu par Arnaud Montebourg.