Les salariés de Pilpa montent la garde

  • A
  • A
Les salariés de Pilpa montent la garde
@ MaxPPP
Partagez sur :

Ils craignent que le propriétaire vienne déménager les machines de cette usine, qu'il veut fermer.

Pendant les fêtes, ces salariés… gardent leur usine. Les 122 employés du fabricant de desserts surgelés Pilpa à Carcassonne ont mis en place des tours de surveillance depuis le 22 décembre. Objectif : empêcher le propriétaire de déménager les machines.

La fermeture de l'usine de Pilpa a été annoncée en juillet par le groupe R&R, géant européen de la glace et propriétaire du site depuis septembre 2011. Officiellement, la direction de Pilpo évoque la détérioration des résultats de R&R et la nécessité de sauvegarder la compétitivité du groupe. Mais pour les salariés, le rachat de leur usine n'avait pas d'autre objectif que de se débarrasser d'un concurrent en récupérant les licences des glaces Oasis et Disney et en prenant les machines… pour produire les glaces ailleurs. Peut-être sur le site de Vayres, près de Bordeaux.

Vigile et alerte téléphonique

Les salariés de Carcassonne espèrent, eux, une reprise du site ou bien la création d'une coopérative. Impossible sans les machines. Ils veillent donc au grain près de leurs outils de travail, se relayant toute la journée sur la base du volontariat.

"Tant qu'on ne sait rien sur notre avenir, les machines ne partiront pas de notre site", martèle Rachid Aït-Ouakli, délégué CGT de l'usine Pilpa au micro d'Europe 1. Pour lui, R&R "avait prévu" de venir chercher les machines "jusqu'à ce qu'il y ait les tours de garde".

Et si le propriétaire veut pénétrer dans l'usine de nuit ? "On a tout organisé", assure-t-il. Un vigile, engagé par les salariés, peut activer une alerte téléphonique auprès de cinquante à soixante personnes. "Et là, on se met entre les camions et les machines, ça c'est sûr."