Pouvoir d'achat : plusieurs milliers de retraités dans la rue

  • A
  • A
Pouvoir d'achat : plusieurs milliers de retraités dans la rue
@ PHILIPPE HUGUEN/AFP
Partagez sur :

MOBILISATION - Les organisations syndicales de retraités avaient appelé à manifester mardi contre le gel des pensions et la réforme des retraites complémentaires.

Leur mobilisation est souvent limitée mais très symbolique : les retraités ont battu le pavé mardi, à l'appel de la plupart des organisations syndicales de retraités, à l'exception de la CFDT. Des manifestations sur tout le territoire pour défendre le pouvoir d'achat des retraités, menacé par le gel des pensions, la réforme des complémentaires ou encore l'évolution du service public.

Un millier à Paris et à Marseille. Près de mille personnes à Marseille et à Paris, 650 à Lyon, un peu moins de 500 à Bordeaux, Nantes ou Toulouse... ont ainsi déploré le gel de leurs pensions dans des cortèges où les drapeaux de la CGT dominaient assez souvent.

L'ensemble des organisations s'étaient mises d'accord pour former une intersyndicale, qui réunit la CGT, FO, Solidaires, la FSU, la CFTC, la Fédération Générale des Retraités de la Fonction publique (FGR-FP), mais aussi l'Union nationale des retraités et personnes âgées. Seule la CFDT a décliné l'invitation, préférant éviter une manifestation en pleine période électorale.

Que réclament les retraités ? La fin du régime minceur qui leur est imposé et a pris plusieurs formes : réformes successives du régime des retraites et gel des pensions depuis 2013 notamment. Sans oublier les dysfonctionnements grandissants au sein de plusieurs Caisses régionales de retraite de la sécurité sociales (Carsat). Autant de raison pour lesquelles les retraités estiment être lésés, bien que le faible niveau d'inflation a limité en partie les effets de cette austérité.

Mais cette manifestation est également préventive puisque les partenaires sociaux négocient actuellement une réforme des régimes complémentaires Agirc-Arrco, dont les comptes sont dans le rouge et devraient mécaniquement se détériorer en raison du papy boom. Les retraités redoutent donc un nouveau tour de vis.

>> LIRE AUSSI - Retraites complémentaires : les propositions choc du Medef