Les prix des fruits et légumes ont (vraiment) chuté

  • A
  • A
Les prix des fruits et légumes ont (vraiment) chuté
Le prix du kilo de pomme a baissé de 28%.@ Reuters
Partagez sur :

Les maraîchers seront jeudi à Paris pour vendre leurs produits au juste prix.

L’INFO. Cet été, le kilo de pêches était, en moyenne, à 2,70 euros alors que l’an dernier, il fallait débourser 80 centimes supplémentaires. Une baisse qui s’est vérifiée sur la plupart des fruits et légumes.

L’association Famille rurale, à travers son observatoire des prix, révèle même des chiffres étonnants en comparant les tarifs en juillet en 25014 avec ceux d'il y a un an : -28% pour la pomme, -23% pour la nectarine, -26% pour le melon et -15% pour la carotte et la salade. Deux exceptions tout de même : la cerise et la tomate. Cette chute des prix est bien résumée dans un graphique de l'observatoire :

>> A LIRE AUSSI - Embargo russe : Bruxelles vient en aide aux producteurs de fruits et légumes

 
graph-1

Pour plus de détails encore, vous pouvez également consulté le tableau suivant :

Nouvelle-image

"Des producteurs ont même arrêté de cueillir". Si ce constat est une bonne nouvelle pour les consommateurs, il est en revanche une catastrophe pour les producteurs. Raymond Girardi, maraîcher dans le Lot-et-Garonne, l’a confirmé au micro d’Europe 1 : "l’Espagne a eu une très très grosse production de nectarines et de pêches, donc ils ont bradé leurs productions, notamment vers la France. Les prix ont donc été extrêmement faibles. Des producteurs ont même arrêté de cueillir, notamment dans les Pyrénées orientales. Cela a amené des difficultés énormes, avec des quantités de producteurs de fruits et légumes qui n’y arrivent plus et qui vont disparaître".

Les maraîchers à Paris. Pour éviter d’en arriver à une telle extrémité, Raymond Girardi et plusieurs dizaines de ses collègues du Lot-et-Garonne vont se rendre jeudi à Paris pour vendre directement leurs produits aux citoyens. Mais au juste prix, c’est-à-dire rémunérateur pour le producteur et moins cher que dans les commerces de la capitale afin de montrer les marges qu'encaissent les intermédiaires

>> A LIRE AUSSI - Embargo russe : Bruxelles vient en aide aux producteurs de fruits et légumes