Les pesticides, une menace directe pour les agriculteurs

  • A
  • A
Les pesticides, une menace directe pour les agriculteurs
Partagez sur :

Les pesticides doublent le risque de Parkinson chez les agriculteurs, selon une étude française. Un appel à témoignages a été lancé.

Agriculteurs, jardiniers professionnels, particuliers résidant à proximité de cultures intensives ou même riverains subissant des pulvérisations de pesticides : les témoignages de toutes les personnes qui auraient pu être en contact avec ce type de produits chimiques intéressent le "réseau de défense des victimes des pesticides". Objectif : collecter des informations très précises pour obliger les responsables politiques à agir.

Car les dernières études sur le sujet sont inquiétantes. Selon les travaux menés par une équipe de chercheurs de l'Inserm et de l'Université Pierre et Marie Curie, publiés dans le journal Annals of Neurology, l'exposition aux pesticides double le risque de survenue de la maladie de Parkinson parmi les agriculteurs.

Depuis longtemps, des études ont établi le lien entre la maladie et l'exposition aux pesticides. Mais les études ne précisaient pas quels pesticides étaient incriminés et à quelle dose. En enquêtant après de personnes affiliées à la Mutualité sociale agricole, les scientifiques français ont pu reconstituer minutieusement leur exposition aux pesticides durant toute leur vie professionnelle : surface des exploitations, type de cultures et pesticides utilisés, nombre d'années et fréquence annuelle d'exposition ou encore méthode d'épandage.

Parmi les principales familles de pesticides, les chercheurs ont mis en évidence chez les hommes atteints un risque jusqu'à 2,4 fois plus élevé que chez les témoins pour les insecticides de type organochloré, qui regroupent par exemple le lindane et le DDT, persistant dans l'environnement de nombreuses années après l'utilisation. Ces pesticides sont aujourd'hui interdits en France mais d'autres produits moins utilisés pourraient être aussi impliqués.