Les patrons français ne sont pas emballés par l'élection présidentielle

  • A
  • A
Les patrons français ne sont pas emballés par l'élection présidentielle
Les patrons français ne sont pas très optimistes pour l'avenir.@ THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :

Les chefs d'entreprise français envisagent avec prudence l'année 2017, pas convaincus que le futur président change la donne.

En ce début d'année d'élection présidentielle, les chefs d'entreprise français sont partagés entre inquiétude, optimisme et scepticisme sur une éventuelle amélioration de la situation de leur entreprise ou de l'économie française dans les prochains mois, selon une étude OpinionWay pour Europe 1 et La Tribune.

La confiance baisse.Le moral global des chefs d'entreprise se stabilise en janvier au même niveau que les deux mois précédents. La situation est cependant assez contrastée : 35% d'entre eux se disent "optimistes" mais 36% se déclarent "inquiets". Ils sont de moins en moins à être "confiants" : 23%, en baisse de 5 points par rapport à la dernière vague.

Inquiétude chez les "petits" patrons. Dans le détail, il apparaît que les chefs d'entreprises de 0 à 9 salariés sont plus inquiets et méfiants que les patrons de plus de 10 salariés. Les patrons du secteur de l'industrie sont les plus inquiets (48%) alors que dans la construction, le moral est bon avec 41% d'optimistes. C'est dans le commerce que l'on trouve le plus d'attentistes (27%) tandis que la confiance est de mise dans les services (29%).

Sceptiques sur l'élection présidentielle. Les perspectives pour 2017 sont également mitigées. 64% des patrons interrogés affirment être confiants pour leur entreprise mais seulement 9% sont très confiants. Concernant l'économie française, seulement 27% sont confiants pour les mois à venir. Les chefs d'entreprise ne semblent pas vraiment préoccupés par l'issue de l'élection présidentielle. 54% estiment que le candidat élu, quel qu'il soit, ne changera rien à la situation économique de la France et 32% à croire à une amélioration. Le désintérêt est accentué concernant l'impact sur leur entreprise : 61% trouvent que l'élection ne changera rien, contre 26% de convaincus.

Peu d'embauches en vue. Au niveau des embauches, une écrasante majorité (92%) compte maintenir son nombre actuel de salariés en 2017. 4% envisagent une réduction et 4% une augmentation, deux niveaux au plus bas depuis le début de ces enquêtes sur le moral des patrons en 2015. Alors qu'un quart considèrent qu'innover est la condition nécessaire à la survie de leur entreprise, 40% font rimer innovation avec investissement. Enfin, 16% des patrons considèrent qu'innover est une prise de risque, en baisse notable de 9 points par rapport à novembre.