Les métallos de Florange à bout de nerfs

  • A
  • A
Les métallos de Florange à bout de nerfs
Edouard Martin, délégué de la CFDT, a lancé l'occupation des hauts fourneaux de Florange@ MAXPPP
Partagez sur :

L'ESSENTIEL - Le ton s'est durci jeudi entre les syndicats et le gouvernement.

• ArcelorMittal se retire d'Ulcos… C'est l'étincelle qui enflammé la colère des syndicats. Jeudi matin, la Commission européenne a annoncé qu'ArcelorMittal retirait la candidature de Florange pour le projet de haut-fourneau avec captation des émissions de CO2, Ulcos. L'aciériste invoque des "difficultés techniques" pour justifier ce retrait. Ce projet était pourtant considéré par les syndicats et Matignon comme la solution pour assurer la pérennité des hauts fourneaux de Florange.

 >> A LIRE : "Mittal et le gouvernement mentent"

… Mais affirme continuer d'y croire. Dans un communiqué, le groupe industriel a réaffirmé que ce retrait "ne signifie en aucun cas l'abandon du projet Ulcos." Le groupe défend également sa volonté de "poursuivre le projet de recherche". Interrogée par Europe 1, une source proche du dossier a cependant précisé qu'aucun calendrier n'existait pour la suite : " Si vous me demandez si nous avons un horizon de temps, la réponse est non", a précisé cette source.

>> A LIRE : L'investissement en trompe-l'oeil de Mittal

Les salariés de Florange occupent leur usine. Emmené par le délégué CFDT de Florange, Edouard Martin, une partie des salariés du site ont décidé d'occuper les hauts fourneaux pour empêcher leur arrêt. "A partir d'aujourd'hui, on prend possession de l'usine, on va dans les hauts fourneaux. Il n'y en a pas un qui touchera aux vannes de gaz", a averti Edouard Martin. >> A voir : le cri de colère d'Edouard Martin.

Au micro d'Europe 1, les salariés ne cachent pas leur déception :

François Hollande temporise. Pour désamorcer le conflit, François Hollande a soutenu que les engagements seraient tenus.  " Le gouvernement a pris des décisions (…) qui permettent d'éviter un plan social à Florange. (…) Je peux dire ici que ces engagements seront tenus et j'en serai, avec le gouvernement, le garant." Le président de la République a également défendu le projet Ulcos : "Ulcos sera mené à bien, j'en fais la promesse".