Les mesures d'Ayrault contre la pauvreté

  • A
  • A
Les mesures d'Ayrault contre la pauvreté
@ capture d'écran
Partagez sur :

RESUME - Jean-Marc Ayrault a notamment annoncé une augmentation du RSA de 10% d'ici 2017.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a présenté les principales décisions du gouvernement pour lutter contre la pauvreté en France. Ces mesures, dévoilées en avant-première par Europe 1, concluent la conférence nationale de lutte contre la pauvreté. Voici les principales annonces à retenir :

>> LIRE AUSSI : Au fait, c'est quoi être pauvre ?

Le RSA revalorisé. Le Revenu de solidarité active (RSA) "socle" sera revalorisé de 10% sur cinq ans, en plus de l'indexation annuelle sur l'inflation. La première hausse est prévue pour septembre 2013. Le Premier ministre a reconnu que le RSA ne représentait que 43% du Smic, alors que son prédécesseur, le RMI s'élevait à 50% du Smic lorsqu'il a été créé en 1989. Pour ramener aujourd'hui le RSA à 50% du Smic, il faudrait l'augmenter de 17%, a précisé Jean-Marc Ayrault. La courbe prévue par le gouvernement permettrait d'atteindre ce niveau en dix ans.

Le RSA activité sera également "réformé". "Force est de constater que le RSA activité n'a pas atteint ses objectifs, a admis le Premier ministre. Il est donc impératif de le réformer, avec la prime pour l'emploi, puisqu'ils ont les mêmes objectifs." Par ailleurs, les démarches pour en bénéficier seront simplifiées et une "campagne de promotion des droits sociaux" sera lancée car 68% des allocataires potentiels du RSA activité ne le réclament pas, a souligné Jean-Marc Ayrault.

Un contrat d'insertion pour les jeunes. Ce contrat en alternance d'un an renouvelable est destiné aux jeunes en grande difficulté et sans qualification. Lancé à la rentrée dans dix territoires pilotes, il sera signé entre un jeune et Pôle emploi. Il sera assorti d'une allocation équivalente au RSA socle, soit environ 450 euros par mois. Le gouvernement vise, "en rythme de croisière", la signature de ce contrat par 100.000 jeunes par an.

La CMU étendue. Le plafond de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) sera "révisé  de façon à couvrir 500.000 personnes de plus". Le plafond est actuellement de 7.934 euros par an et 4,3 millions de personnes en bénéficient.

Un registre contre le surendettement. Un registre national des crédits aux particuliers sera créé " à l'occasion de la prochaine loi sur la consommation", attendue au printemps 2013, pour "responsabiliser" davantage les banques. Aussi appelé fichier positif, ce projet divise depuis des années la classe politique et les associations. Ses opposants critiquent son coût et son efficacité pour lutter contre le surendettement, souvent lié à des accidents de la vie, imprévisibles.

Plus de places d'hébergements. 8.000 places d'hébergement supplémentaires seront créées pour SDF et demandeurs d'asile, en plus des 1000 déjà prévues dans le budget.

Une garantie des risques locatifs ? Ce dispositif destiné à aider les plus modestes à obtenir un logement est à l'étude. "Pour lutter contre les discriminations à l'entrée dans le logement, notamment pour les travailleurs modestes et les jeunes, nous travaillons à la mise en œuvre d'une garantie universelle des risques locatifs, dont les modalités sont en cours d'expertise", a précisé le Premier ministre. Il s'agit d'une demande des associations d'aide aux mal-logés.

L'ensemble des mesures annoncées devra coûter entre 2 et 2,5 milliards d'euros d'ici 2017, a précisé Jean-Marc Ayrault.