Les ménages français ont acheté moins de biens en mai

  • A
  • A
Les ménages français ont acheté moins de biens en mai
@ PHILIPPE HUGUEN/AFP
Partagez sur :

La consommation des ménages en biens a reculé de 0,7% au mois de mai, selon les chiffres de l'Insee.

Les dépenses de consommation des ménages français en biens ont baissé de 0,7% en mai sur un mois, après avoir reculé de 0,1% en avril, a annoncé jeudi l'Insee dans un communiqué.

Moins d'achats de produits électroniques. Ce recul s'explique par la chute des dépenses en équipement du logement, et notamment en produits d'électronique grand public, et par la baisse des dépenses en chauffage, explique l'institut statistique. Les achats de biens d'équipement du logement ont chuté de 9,2%. "En particulier, les dépenses en produits d'électronique grand public retombent après quatre mois de croissance à deux chiffres sous l'effet du changement de standard de diffusion télévisuelle", indique l'Insee.

Moins d'achats de voitures. Les achats d'automobile ont continué à baisser, de 0,3% après -0,9% en avril, "principalement du fait de la baisse des achats de véhicules d'occasion". Les dépenses en habillement se sont pour leur part redressées, augmentant de 1,7%.

Plus de dépenses en carburant. Du côté des dépenses en énergie, les dépenses en gaz et électricité ont fortement diminué, de 6,8%, "après deux mois au cours desquels les frais de chauffage avaient été importants". Mais les achats de produits raffinés ont pour leur part bondi de 7,3%, après -2,6% en avril, "la consommation de carburants étant vraisemblablement stimulée par des achats de précaution lors des mouvements sociaux fin mai" qui ont mené à des blocages de raffineries et à des pénuries de carburants dans certaines stations essence.

Plus de dépenses en tabac. La consommation de produits alimentaires s'est reprise en mai, progressant de 0,5% après une baisse de 1,2% en avril, avec notamment un rebond de la consommation de tabac et de produits à base de viande, selon l'Insee. Les chiffres de la consommation sont une donnée importante pour la croissance française, traditionnellement portée par les achats des ménages. Le chiffre de l'Insee ne prend toutefois en compte que la consommation de biens, et pas celle de services.