Les médecins surfacturent (toujours plus)

  • A
  • A
Les médecins surfacturent (toujours plus)
@ MAX PPP
Partagez sur :

60 millions de consommateurs a lancé lundi un "observatoire" des dépassements d'honoraires.

Sept mois qu'on l'attendait. La signature de l'accord national sur les dépassements d'honoraires, à l'automne 2012, devait s'accompagner de la création d'un observatoire du contrôle des dépassements d'honoraires. Seulement voilà, depuis fin octobre, rien n'a été fait. Alors pour faire bouger les lignes, le magazine 60 millions de consommateurs s'est associé au Collectif interassociatif sur la santé (CISS) et à Santéclair, société spécialisée dans le risque santé, pour créer un "observatoire citoyen des restes à charge en santé".

 >> A LIRE AUSSI : Tarif des médecins : quel est le problème ?

7 milliards à la charge des patients. Les chiffres ont de quoi faire pâlir le porte-monnaie. Selon les données recueillies dans le cadre de l'étude, les Français ont déboursé l'an dernier 40 milliards d'euros en actes médicaux, dont sept milliards de dépassements d'honoraires qui restent à la charge des patients ou de leur mutuelle. Et la tendance n'est pas au ralentissement : chez les spécialistes, ces sommes supplémentaires demandées ont augmenté de 9 % en deux ans.

Ces spécialités qui surfacturent. Parmi ces médecins spécialisés, certaines professions abusent plus du dépassement que d'autres. L'étude relève ainsi le cas des dentistes, dont près de 83 % de la facture reste à la charge du patient. En moyenne, ce sont 52 euros qui ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale à chaque acte. Mais le record en revient aux chirurgiens. Sur l'ensemble de la France, 77 % d'entre eux pratiquent des dépassements d'honoraires, qui atteignent en moyenne 50 euros, mais peuvent grimper jusqu'à 137 euros à Paris.

Pour les patients, le problème, c'est qu'il est souvent difficile de trouver un spécialiste qui s'en tienne aux tarifs de la Sécurité sociale. Dans certains départements, il n'y en a presque aucun : à Lyon, par exemple, 84 % des gynécologues sont autorisés à pratiquer des dépassements d'honoraires, ce qui peut faire de la recherche d'un médecin conventionné une véritable chasse au trésor.

>> A LIRE AUSSI : Vivez-vous dans un désert médical ?

Paris, champion des dépassements d'honoraires. Selon les chiffres recueillis par l'observatoire, enfin, on constate que les malades de région parisienne sont les plus mal lotis. Sept des huit départements d'Île-de-France (Paris, Hauts-de-Seine, Yvelines, Val-de-Marne, Essonne, Seine-et-Marne et Val d'Oise) occupent les dix premières places du classement des départements pratiquant les plus importants dépassements d'honoraires. A Paris, le somme restant à charge du patient après une visite chez le médecin atteint même 37,70 euros, alors que la moyenne nationale n'est que de 15,90 euros.