"Les Grecs commencent à comprendre l’enjeu"

  • A
  • A
"Les Grecs commencent à comprendre l’enjeu"
@ ARIS MESSINIS/AFP
Partagez sur :

CRISE DE LA DETTE - "Il y a une irresponsabilité incroyable du gouvernement", a accusé Dimitris Kourkoulas, ancien secrétaire d’Etat grec aux affaires européennes, vendredi sur Europe 1.

INTERVIEW

"Il y a une irresponsabilité incroyable du gouvernement (Tsipras, ndlr) et maintenant, ils essayent avec leur propagande anti-européenne de rejeter le blâme sur la Banque centrale européenne, qui a soutenu le système bancaire grec avec des milliards chaque jour". C'est peu dire que Dimitris Kourkoulas, ancien secrétaire d’Etat grec aux affaires européennes, ne se sent pas solidaire avec ses successeurs issus du parti Syriza. Invité d'Europe 1 vendredi matin, ce dernier a accusé le gouvernement Tsipras de "manque de professionnalisme" et de "dogmatisme populiste" et regretté sa décision d'organiser un référendum sur le plan proposé par les créanciers de la Grèce.

"De plus en plus de gens commencent à ne plus croire" Tsipras. "Monsieur Tsipras est très cool, il a tenu hier un discours à la télévision disant qu’après le référendum, il aura un accord avec nos partenaires et que les banques vont rouvrir bientôt. Je pense que de plus en plus de gens commencent à ne plus le croire", a assuré Dimitris Kourkoulas. Évoquant une "tension" palpable dans tout le pays, celui qui fut par ailleurs membre de la Commission européenne a rappelé que la droite grecque allait à nouveau organiser "une grande manifestation en faveur du oui".

"Le gouvernement porte vraiment une responsabilité énorme : je vous rappelle que l’économie grecque était en croissance depuis quelques mois, les prévisions pour cette année étaient de 2,5%", mais elles viennent d'être ramenées à zéro par le FMI dans un rapport publié vendredi.

Le gouvernement grec accusé de vouloir quitter l'UE. Non seulement Dimitris Kourkoulas accuse le gouvernement Tsipras d'avoir gravement dégradé les relations entre la Grèce et l'Union Européenne, mais il le soupçonne de l'avoir fait délibérément. "On n’est pas encore sûr si c’est seulement un manque de professionnalisme ou un dogmatisme populiste ou si ce n’est pas, j’ai personnellement des doutes, un plan délibéré pour amener la Grèce en dehors de la zone euro et de l’Union européenne.

"Mais je suis sûr que s’il y a un tel plan, il ne va pas réussir parce que les Grecs commencent à comprendre l’enjeu", a-t-il déclaré :


Tsipras, "un manque de professionnalisme ou un...par Europe1fr

Et l'ancien secrétaire d’Etat grec aux affaires européennes de poursuivre : "je n’ai pas de preuves pour cela mais si vous regardez la tactique, la stratégie du gouvernement grec depuis les élections de janvier, j’ai des doutes s’il n’y a pas un plan qu’il est en train de mettre en œuvre. Si je vois la campagne de déformation de l’Union européenne, qui est accusée d’être une institution anti-démocratique, là je me demande quelles sont les intentions de  monsieur Tsipras, parce qu’il a un discours différent lorsqu’il parle à l’Europe et lorsqu’il parle à l’intérieur du pays".