Les génériques du Viagra, c'est pour le 22 juin

  • A
  • A
Les génériques du Viagra, c'est pour le 22 juin
Selon Challenges, le Viagra de Pfizer va prochainement avoir de la concurrence.@ Reuters
Partagez sur :

La célèbre pilule bleue aura bientôt de la concurrence, ce qui va entraîner une baisse des prix.

L'INFO. Le Viagra ne sera bientôt plus seul. Le 21 juin à minuit, une quinzaine de produits anti "panne" érectile seront en effet disponibles sur le marché. Une rude concurrence pour la célèbre pilule bleue de l'américain Pfizer,  présentée comme "l'un des médicament les plus rentables de tout les temps" par le site du magazine Challenges, qui révèle l'information mercredi.  Il s'agit, en revanche, d'une bonne nouvelle pour le consommateur, qui devrait voir sa facture drastiquement baisser en pharmacie.

Le même look… Les futurs génériques devraient garder la forme de losange et la légendaire couleur bleue du Viagra, design imaginé par Pfizer pour éviter la contrefaçon. "Une idée de génie en terme de marketing, car en quelques mois ces cachets bleus sont devenus aussi célèbres qu’Angelina Jolie", commente Challenges.

… mais pas le même prix. Les prix, eux, devraient drastiquement baisser. Actuellement, une boîte de 4 comprimés du véritable Viagra est vendue 72 euros en pharmacie. Face à la concurrence, Pfizer va baisser le prix de 25 % à 35 % de son médicament et lancer lui aussi sa propre version générique. Le laboratoire Arrow, par exemple, devrait même proposer la boîte de 4 comprimés pour 25,60 euros. À noter, par ailleurs, que l'un des génériques sera commercialisé par le laboratoire Teva, qui défraie la chronique ces derniers jours, accusé d'avoir vendu du somnifère à la place du diurétique.

>> A LIRE : Un diurétique remplace par un somnifère

Un marché considérable. Près de 37 millions d’hommes ont déjà consommé du Viagra, depuis son lancement en 1998. Et Pfizer compte bien se servir de cette notoriété pour vendre ses propres produits, notamment son propre générique, en communiquant sur le fait qu'il a été conçu, lui, dans les mêmes usines que le véritable Viagra. Mais la bataille sera serrée. Selon Challenges, lorsqu'un générique sort, il "vole" au laboratoire qui crée le médicament d'origine entre 60 et 90% de ses ventes en volume.