Les Français profitent d'un hiver doux pour faire des économies

  • A
  • A
Les Français profitent d'un hiver doux pour faire des économies
@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

ENERGIE - Les températures particulièrement élevées du mois de décembre ont entraîné une baisse de la consommation de chauffage.

ENQUÊTE EUROPE 1

Le printemps arrive dans un peu plus d'un mois et l'hiver s'est à peine fait sentir. Cette année, les températures ont en effet été particulièrement douces. Le mois de décembre a été le plus chaud en France depuis que les relevés météos existent : 9,5° C en moyenne, soit 3,9° de plus que les normales saisonnières. Selon Europe 1, cela n'est pas sans conséquences directes sur le porte-monnaie des Français.

Baisse de la consommation d'énergie. Ces derniers ont en effet moins allumé leur système de chauffage. Selon RTE, le réseau de transport d'électricité, la consommation d’électricité a été extrêmement basse en décembre, en baisse de 10% par rapport à l’année passée, pourtant déjà relativement douce. Pour le gaz, la chute est encore plus spectaculaire. La consommation a baissé de 35% en décembre par rapport à une année normale, selon GRDF. Sur la période comprise entre novembre et janvier, cela représente une diminution de 23%.

"200 ou 300 euros" de moins sur la facture. "J'ai baissé mon chauffage de quasiment 2° entre l'année dernière et cette année, ce qui devrait se ressentir sur la facture", témoigne un consommateur, qui estime son économie à "peut-être 200 ou 300 euros". Une femme explique, elle, n'avoir "pas chauffé à plus de 18°. On a même fait des coupures de chauffage entre Noël et le jour de l'An tant il faisait doux".

Retour à la normale. Selon nos calculs, pour un foyer qui paie 1.200 euros de gaz par an, cette baisse de consommation sur les trois derniers mois représente 50 euros d’économie sur la facture. Le gain est moins visible pour ceux qui se chauffent à l’électricité. Et dans tous les cas, selon le fournisseur Lampiris, la consommation d’énergie devrait revenir à des niveaux plus habituels dans les semaines qui viennent.