Les Français préfèrent le crédit immobilier

  • A
  • A
Les Français préfèrent le crédit immobilier
Les crédits immobiliers ont bondi de 18% l'an dernier@ MAXPPP
Partagez sur :

<CUSTOM NAME="HIGHLIGHT">INFO E1</CUSTOM> - Pour la première fois depuis 15 ans, il prend le dessus sur le crédit à la consommation

Une maison ou un appartement plutôt que des vacances ou un écran plat. Pour la première fois depuis quinze ans, le nombre de ménages détenant des crédits immobiliers (30,5%) a dépassé celui des ménages détenant des crédits à la consommation (30,1%), selon une étude de l'Observatoire des crédits aux ménages qu'a pu consulter Europe 1.

Jamais, depuis 1996, la part des Français ayant un crédit à la consommation n'avait été si basse. Selon l'Observatoire des crédits aux ménages, 49,5% des ménages détenaient un crédit fin 2010, soit une baisse de 1,3 point par rapport à 2009 et de 3,1 points par rapport à 2008.

"Un rééquilibrage"

Selon Franck Lehuédé, chef de projet du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc), "ce n'est pas une nouvelle tendance, c'est juste le fait que le crédit à la consommation a plutôt souffert des années de crise", a-t-il expliqué sur Europe 1. "Du coup, on a un rééquilibrage en faveur du crédit immobilier qui reste encore intéressant pour les consommateurs alors que le crédit à la consommation a plutôt pâti de la crise (...) On est revenus à une situation plus raisonnable en matière de dépenses de consommation", a-t-il ajouté.

Boom des crédits immobiliers

Les Français se recentrent donc sur l'essentiel : la pierre. Les crédits immobiliers ont ainsi bondi de 18% l'an dernier. Un boom qui touche toutes les classes d'âge. Aujourd'hui un jeune de moins de 30 ans sur cinq rembourse un emprunt immobilier. Et les 55-64 ont aussi tendance à revenir sur le marché.

"Les crédits à la consommation sont les victimes collatérales du discours du gouvernement. Les messages sur les dangers du surendettement et les risques du credit-revolving portent leurs fruits. Ces produits font désormais peur", analyse pour Europe 1 Marc Guillaume, du Cercle des économistes. "Il y a une forme de méfiance. Des personnes ont été piégées par des credit-revolving avec des taux variables et ça a frappé l'opinion publique", explique le spécialiste.

"La réalisation des projets"

Ce retour en force, sur le marché, des jeunes seniors illustre un besoin de se rassurer avant la retraite. Il ne s'agit pas forcément d'acheter un nouveau domicile et d'y habiter mais plutôt de le louer pour s'assurer une rente. Selon l'économiste Michel Mouillart, spécialiste du logement, on assiste à un vrai retournement de tendance :"c'est la tranche d'âge où la réalisation des projets devient la plus impérative, parce qu'après, il sera trop tard. Tout le monde est sensible à ce que vont être les années de la retraite".

Les seuls crédits à la consommation qui continuent à progresser sont ceux qui bénéficient d'une aide d'Etat, comme l'automobile, avec la prime à la casse jusqu'à l'an dernier, ou les travaux dans les logements, avec l'éco-prêt à taux zéro.