Les Français ont retrouvé le chemin du resto

  • A
  • A
Les Français ont retrouvé le chemin du resto
Partagez sur :

Les cafés, bars et brasseries ont enregistré 7 millions de visites supplémentaires en 2011.

C'est un bon cru pour les bars, cafés et autres brasseries. Pour la première fois depuis trois ans, la fréquentation dans ces établissements a augmenté de 1,2% en 2011 avec 7 millions de visites supplémentaires, selon le bilan annuel du panel de consommateurs NPD.

Cette tendance s'explique essentiellement par le retour d'une clientèle familiale, qui avait déserté les lieux en raison de la fumée. Les 15 à 24 ans sont également plus nombreux. "Cette catégorie de consommateurs tend à diminuer ses sorties dans les autres marchés européens, suivis par NDP, notamment au Royaume Uni et en Espagne ou cette tranche d'âge est particulièrement touchée par la crise", note Christine Tartanson, directrice de la division Foodservice de NPD Group.

Les rayons snacking ont le vent en poupe

En revanche, les adultes, c'est-à-dire les + de 25 ans, non accompagnés d'enfants continuent de bouder les bars et brasseries. Le secteur a encore perdu 18 millions de visite d'adultes en 2011, surtout à l'heure du déjeuner. Crise oblige, ils restreignent leur budget et optent pour la lunch box ou retournent à la cantine de l'entreprise.

Et, si le marché de la restauration a progressé de 0,9% en moyenne tous secteurs confondus, le secteur qui a le plus progressé est paradoxalement celui de la grande distribution. Les rayons snacking des hypermarchés et surtout des supermarchés de centre ville ont enregistré une hausse fréquentation de 2,7% soit 21 millions de visites.

Les restaurateurs restent prudents

Les fast-food ont également le vent en poupe. Les établissements de restauration rapide ont vu leur fréquentation augmenter de 1,9%, contre 0,2% pour la restauration à table.

Malgré ces chiffres encourageants, les professionnels de la restauration restent mi-figue mi-raisin. Si les restaurants français ont tiré leur épingle du jeu en 2011 en attirant peu ou prou autant de clients qu'en 2010, la baisse de la fréquentation fin 2011 leur fait craindre une année 2012 très difficile.