Les européens dans la rue à deux jours de Copenhague

  • A
  • A
Les européens dans la rue à deux jours de Copenhague
Partagez sur :

Des centaines de personnes ont battu le pavé samedi pour demander un "accord ambitieux" lors du prochain sommet sur le climat.

Des vagues de manifestants déferlant sur Bruxelles ou Londres, un train écologiste allant de Belgique au Danemark: des dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi en Europe, à deux jours du début du sommet de Copenhague.

Le train spécial baptisé "Climate express" a quitté Bruxelles samedi matin pour rejoindre Copenhague une douzaine d'heures plus tard. A son bord, plusieurs délégations (France, Belgique, Luxembourg) de négociateurs, experts et militants écologistes se rendant dans la capitale danoise, avec une escale à Cologne pour embarquer leurs homologues allemands.

Les Britanniques ne sont pas restés inactifs, avec un coup d'envoi donné en milieu de journée à Londres par une messe œcuménique. Puis le point d'orgue de la journée s'est élancé : "La vague", manifestation organisée par la coalition Stop climate chaos (SCC), a déferlé dans les rues de la capitale, se projetant également vers Glasgow (Ecosse), Dublin et Belfast.

Ecoutez le reportage d’Amandine Alexandre à Londres :



Selon Scotland yard, environ 20.000 personnes grimées de bleu, pour représenter l'eau de la vague, ont arpenté Londres. Les organisateurs ont estimé que 40.000 personnes avaient rejoint le cortège londonien foisonnant de pancartes et banderoles, et environ 7.000 en Ecosse.

A Bruxelles, jusqu'à 15.000 manifestants ont réclamé un accord "ambitieux" à Copenhague, dans une longue vague aux couleurs turquoise et verte, qui a défilé dans le quartier des institutions européennes, habituellement déserté le samedi. Un groupe d'enfants tapant sur des tambours ouvrait la marche, rythmée aux cris de "act now" (agissez maintenant).

Les Italiens ont préféré attendre le jour d'ouverture du sommet, organisant une manifestation à bicyclette intitulée "Copenhague appelle Rome". Le cortège doit se rendre dans des lieux phares de la ville avec un slogan: "Arrêtons la fièvre de la planète".

Enfin, dans une dizaine de villes de France, des centaines de personnes ont battu tambour et frappé casseroles et boîtes de conserve pour "monter le son". Des "flash-mob" organisées à 12h18 précises, en référence à la fin du sommet le 18 décembre (12/18 en anglais). Dans le centre de Paris, des centaines de manifestants ont revêtu les couleurs orange, noir et blanc de l'Ultimatum climatique, qui rassemble onze ONG. A Bordeaux, devant une banderole proclamant "Climat : Urgence J-2".

192 pays doivent participer du7 au 18 décembre à ce sommet pour tenter de décrocher un accord remplaçant le protocole de Kyoto qui arrive à échéance en 2012. Dans des discussions de dernière minute, le ministre français de l'Ecologie Jean-Louis Borloo devait rencontrer samedi à Moscou le vice-premier ministre russe Igor Setchine et un conseiller du Kremlin pour le climat.