Les défaillances d'entreprises en légère hausse en 2015

  • A
  • A
Les défaillances d'entreprises en légère hausse en 2015
Image d'illustration@ AFP
Partagez sur :

Le nombre d'emplois menacés baisse malgré tout de 14% sur les deux dernières années.

C'est l'un des indicateurs de la santé de l'économie française. Les défaillances d’entreprises sont en petite hausse en 2015, mais affectent moins d'emplois que les années précédentes, selon l’étude annuelle réalisée par Deloitte-Altares et à laquelle Europe 1 a pu avoir accès en exclusivité. L'an dernier, la France a enregistré 63.081 défaillances, soit des cas où une entreprise n’est plus en mesure de faire face à ses obligations financières pour le paiement de ses fournisseurs ou des salaires. Sur l'année, le chiffre est en hausse de 1%, mais il concerne pourtant nettement moins d’emplois qu'en 2014.

234.000 emplois concernés en 2015. En effet, seuls 234.000 emplois ont été menacés par les défaillances d'entreprises en 2015, soit une baisse de 14% depuis deux ans. Une vraie bonne nouvelle qui s'explique par la taille des entreprises touchées. La grande majorité des défaillances concerne en effet des toutes petites entreprises de deux salariés seulement. Le pétrole, le commerce textile ou encore le tourisme sont les secteurs les plus touchés. Les sociétés un peu plus grosses, qui licencient plus largement si elles s’effondrent, semblent à l'inverse de plus en plus solides et plus réactives quand des difficultés arrivent.

Les grandes entreprises peu touchées. Les grandes entreprises préfèrent recourir à des solutions à l’amiable. "Cette procédure consiste à se rapprocher du président du Tribunal de Commerce et à demander la désignation d'un professionnel qui viendra assister l'entreprise en difficulté. Cela permet d’anticiper les problèmes qui peuvent se poser et qu'en général le chef d'entreprise ne voit pas tout seul", explique Jean-Pascal Bauchamp, associé du cabinet Deloitte. L'intérêt de cette procédure est notable, elle permet de sauver 2 emplois sur 3. En 2015, un demi-million d’emplois ont été sauvés grâce à cette solution.