Les comptes publics flirtent avec la "zone dangereuse"

  • A
  • A
Les comptes publics flirtent avec la "zone dangereuse"
Partagez sur :

Le premier président de la Cour des comptes, Philippe Seguin, s'attend à un déficit public d'au moins 7% en 2009.

Réduire les dépenses ou augmenter les impôts : pour espérer réduire dette et déficit à l’horizon 2012, la France est face au dilemme suivant, a estimé le premier président de la Cour des comptes, Philippe Seguin, en présentant, en début de semaine, son rapport préliminaire au débat d’orientation budgétaire.

"Pour rétablir l'équilibre de nos comptes, il faut dégager environ 70 milliards d'économies", a expliqué Philippe Seguin. Dans ce document, le président de la Cour des comptes table sur un déficit public d'au moins 7% et à une dette supérieure à 75% du PIB en 2009. estime-t-il.

"Il y a urgence parce que nous approchons d'une zone dangereuse", juge encore Philippe Seguin, listant les divers risques guettant la France, en cas de poursuite de la dérive des comptes publics. Le président de la Cour des comptes a encore écarté la perspective d'un retour à une croissance soutenue ou d'un redémarrage de l'inflation pour éponger dette et déficit publics.
> L'intégralité du rapport de la Cour des comptes (format PDF)