Les chefs d'entreprise divisés sur le projet de loi El Khomri

  • A
  • A
Les chefs d'entreprise divisés sur le projet de loi El Khomri
Le président du Medef, Pierre Gattaz, et la ministre du Travail, Myriam El Khomri.@ MEHDI FEDOUACH / AFP
Partagez sur :

SOCIAL - 47% d'entre eux sont favorables à la réforme du droit du travail, quand 46% s'y opposent, selon un sondage OpinionWay pour Europe1/La Tribune/CCI France.

La loi El Khomri sera-t-elle bénéfique pour les entreprises ? Les patrons eux-mêmes ont l'air d'en douter, selon la huitième vague de "La grande consultation des entrepreneurs", réalisée par OpinionWay* pour Europe 1/La Tribune/CCI France et publiée en exclusivité jeudi matin. De fait, 47% d'entre eux se disent favorables au projet de réforme du droit du travail. Ils sont presque autant (46%) à le rejeter, tandis que 7% ne se prononcent pas.

Des mesures approuvées individuellement. Pourtant, les chefs d'entreprise s'accordent à dire qu'une réforme est nécessaire : 75% d'entre eux estiment que le code du travail actuel "représente un frein à la création d'emploi". En outre, prises individuellement, les mesures de la loi El Khomri remportent l'adhésion des entrepreneurs. Ainsi, 83% d'entre eux se disent favorables à "la possibilité de négocier au sein de chaque entreprise pour organiser la production et le temps de travail". Cette primauté de l'accord d'entreprise sur des accords de branche est l'un des points phares du texte. Les patrons sont également 72% à se prononcer pour l'extension du forfait jour aux petites et moyennes entreprises, et 66% pour l'allègement des conditions du licenciement économique. Le rejet de la réforme portée par la ministre du Travail semble donc motivé par le contexte politique tendu ou la philosophie globale plus que par son contenu même. 

Indicateur d'optimisme stable. Du côté du moral des entrepreneurs, l'étude ne laisse entrevoir aucune amélioration depuis plusieurs mois. L'indicateur d'optimisme s'est stabilisé à 101 au mois de mars, stable par rapport à février mais en chute libre depuis septembre, où il était grimpé à 130. Et les chefs des entreprises de plus de 10 salariés sont moins confiants en l'avenir que ceux à la tête de TPE, avec un indice qui plafonne à 94. Plus de quatre patrons sur dix (43%) se disent "inquiets", 28% "méfiants" et 19% "angoissés".

Vers une amélioration ? Une (petite) bonne nouvelle cependant : les chefs d'entreprise semblent voir la lumière au bout du tunnel. Pour 37% d'entre eux, la situation économique sera meilleure demain, une augmentation de deux points par rapport à février. Plus de la moitié d'entre eux (56%) se disent confiants dès qu'il s'agit de leur propre entreprise. Et s'ils ne sont que 8% à envisager d'augmenter le nombre de salariés dans les 12 prochains mois, c'est toujours deux points de plus que le mois dernier.

*Etude réalisée par Opinion Way pour Europe 1/La Tribune/CCI France auprès d'un échantillon de 604 dirigeants d'entreprise par téléphone, entre le 8 et 22 mars 2016.