Les Champs-Elysées, un champ de bataille
L'avenue commerciale, la plus chère d'Europe. Les Champs-Elysées flambent. Ils devancent New Bond Street à Londres et restent à la 5ème place mondiale. © MaxPPP

Des rumeurs font état d'un départ du Virgin. Des repreneurs se font déjà connaître.

Le 52-60 avenue des Champs-Elysées suscite la convoitise. Plusieurs marques rêvent de s'implanter à cette adresse de choix de la prestigieuse avenue parisienne. Sur les 27.000 mètres carrés de cet immeuble, racheté en juin par le fonds qatari QIA à Groupama pour plus de 500 millions d'euros et qui abrite notamment Monoprix et Virgin, 7.000 mètres carrés - dont 4.500 mètres carrés utiles - pourraient bientôt être disponibles.

Car le distributeur de produits culturels, selon Le Figaro, chercherait à vendre son droit au bail. Si tel est le cas, le futur locataire devra s'acquitter un loyer exorbitant, qui s'établit aujourd'hui autour de six millions d'euros par an, et qui risque d'augmenter.

Volkwagen, Tiffany & co ou un hôtel Harrods

Parmi les intéressés, figurerait le premier constructeur européen Volkswagen, qui, à la différence de la plupart de ses concurrents automobiles, n'est pas encore implanté sur la plus belle avenue du monde où déambulent chaque année quelque 100 millions de visiteurs. C'est ce que révèle Le Figaro mardi. La marque de voiture aurait un atout dans son coffre pour implanter son showroom à la place de Virgin, puisque le groupe allemand compte le Qatar parmi ses actionnaires minoritaires.

Un hôtel de luxe pourrait aussi vouloir s'implanter à l'emplacement actuel du Virgin Megastore. Il s'agirait d'un établissement Harrods. Les propriétaires de la marque ne sont autres que les Qataris. Autre concurrent possible : le joailler et spécialiste des arts de la table Tiffany & Co. Présent déjà sur deux belles places parisiennes - rue de la Paix et au Printemps-Haussman -, le groupe américain lorgne sur une exposition sur l'avenue des Champs-Elysées.

Et la mode dans tout ça ?

Mais, comme dans un jeu de chaises musicales, Tiffany & Co pourrait aussi s'installer un peu plus haut, au numéro 62, où siège actuellement l'un des Quick de l'avenue. Le fast-food pourrait céder sa place en 2015.

D'ici là, d'autres marques pourraient s'installer sur les Champs-Elysées. Les géants du textile Forever 21 et The Kooples Sport auraient l'intention de convoiter un numéro sur la plus belle avenue du monde. Et Zara envisagerait aussi d'établir un troisième magasin. Une tendance ? Peut-être. Ces dernières années, l'avenue des Champs-Elysées a accueilli de grands noms de la mode : H&M, Abercrombie&Fitch ou encore Banana Republic. 

Avant de faire des projets, encore faut-il que Virgin cède son bail. Rien n'est gagné. Car la chaîne de distribution multiculturelle a démenti en juin dernier les rumeurs sur son déménagement des Champs-Elysées. La question n'est pas évoquée en tout cas à court terme, malgré une nouvelle stratégie du groupe qui consiste à réduire la surface de ses points de vente.