Les Bourses rechutent lourdement

  • A
  • A
Les Bourses rechutent lourdement
@ REUTERS
Partagez sur :

Les places européennes ont de nouveau dévissé. Le CAC a perdu 4,73%.

Les Bourses européennes ont terminé la séance lundi en chute libre, plombées à la fois par des craintes de récession aux Etats-Unis et la crise de la dette en Europe, et entraînées à la baisse par l'effondrement des valeurs bancaires.

Aucune place boursière européenne n’a été épargnée : Paris (-4,73%), Francfort (-5,28%), Londres (-3,58%), Milan (- 4,83%) et Madrid (-4,69%) ont toutes fini dans le rouge. Seuls les Etats-Unis ont été épargnés car lundi était un jour férié (Labour Day), Wall Street est donc resté fermé. En France, les banques ont été les plus pénalisées, l’action Société Générale dévissant même de 8,64%.

La situation en Grèce reste énigmatique

Les marchés s’inquiètent de la situation en Grèce : le deuxième plan de sauvetage, destiné à éviter la faillite du pays, est toujours suspendue aux efforts des Grecs pour assainir leurs comptes. Or la situation budgétaire grecque reste toujours très floue.

Mais le ministre grec des Finances, Evangelos Venizelos, a reconnu vendredi que le pays ne respecterait pas son objectif de déficit public pour 2011 du fait de l'aggravation de la récession.

La semaine dernière avait mal fini

En fin de semaine dernière, les mauvais chiffres de l'emploi aux Etats-Unis avaient déjà fait plonger les marchés. Ces statistiques ont révélé que l'économie des Etats-Unis avait cessé de créer des emplois en août, renforçant encore un peu plus les craintes d’une récession.

Une procédure judicaire américaine a également alimenté la panique ambiante : une plainte y a été déposée contre 17 banques et institutions financières pour des fraudes liée aux "subprime". L'Agence fédérale de financement du logement (FHFA) a notamment déclaré vouloir récupérer une partie des fonds perdus auprès des établissements visés, dont les banques françaises Société Générale, l’helvétique Crédit Suisse et l’allemande Deutsche Bank.