Les agents immobiliers font pression sur Duflot

  • A
  • A
Les agents immobiliers font pression sur Duflot
@ MAXPPP
Partagez sur :

La FNAIM, condamnant les propos de la ministre, décide de ne plus coopérer à l'une de ses réformes.

La décision. Les professionnels de l'immobilier n'ont pas apprécié les récentes sorties de la ministre du Logement Cécile Duflot et le font savoir. La Fédération Nationale de l’Immobilier (FNAIM) a annoncé vendredi qu'elle appelait les agents immobiliers à "suspendre l'envoi de données" aux observatoires des loyers. Or, c'est sur ces derniers, mis en place fin 2012 dans les principales agglomérations françaises, que le gouvernement veut s'appuyer pour encadrer les loyers dans les zones où la demande est très forte.

>> LIRE AUSSI : Encadrer les loyers, oui mais comment ?

Pourquoi une telle réaction ? La FNAIM fustige les "propos méprisants tenus récemment par Cécile Duflot". Dans un entretien accordé au Parisien, la ministre n'avait en effet pas mâché ses mots pour dénoncer "le manque de confiance", les "pratiques abusives", l’"opacité" et les "coûts de transaction trop élevés" des agences immobilières. "Voilà ce qui doit changer : les locataires ne sont pas des vaches à lait", avait-elle martelé, annonçant notamment une réduction des frais demandés aux nouveaux locataires.

>> LIRE AUSSI : Frais d'agence plafonnés : ça change quoi ?

Non seulement leurs honoraires sont visés, mais en plus la profession est montrée du doigt. Interrogé par Le Monde de vendredi, Jean-François Buet, président de la FNAIM s'irrite de la situation : "Huit mois de concertation avec le gouvernement et l'engagement que nous serions traités correctement pour aboutir à un projet de loi de 200 pages où une dizaine seulement concerne les agents immobiliers. La ministre s'approprie les mesures de notre livre blanc, alors que les conférences de presse sont consacrées à taper sur les agences." Reste à savoir qui lâchera du lest dans ce bras de fer qui risque de compromettre la mesure phare de la loi Duflot, également promesse de campagne de François Hollande.