Le tourisme français retrouve le sourire grâce au retour des étrangers

  • A
  • A
Le tourisme français retrouve le sourire grâce au retour des étrangers
Au total 61 millions de nuitées ont été enregistrées au premier trimestre 2017.@ AFP
Partagez sur :

L'amélioration se fait sentir tout particulièrement dans les hôtels de l'agglomération parisienne, notamment grâce aux visiteurs étrangers.

Bonne nouvelle pour l'économie française, la fréquentation touristique a continué de se redresser en début d'année et les professionnels retrouvent le moral grâce au retour des visiteurs étrangers, après une année 2016 catastrophique, minée par les attentats.

Hausse plus marquée pour la clientèle étrangère. L'Insee a fait état vendredi d'une progression de 1,1% du nombre de nuitées enregistrées de janvier à mars dans les hôtels, campings et autres hébergements touristiques, après un rebond de 3,8% déjà constaté d'octobre à décembre. Au total 61 millions de nuitées ont été enregistrées au premier trimestre, avec une hausse plus marquée pour la clientèle étrangère (+2,7%) que pour la clientèle française (+0,5%). La fréquentation hôtelière atteint "un niveau inédit pour un premier trimestre", relève l'institut des statistiques. L'amélioration se fait sentir tout particulièrement dans les hôtels de l'agglomération parisienne (+9,9%), notamment grâce aux visiteurs étrangers.

Bilan positif. "Le moral est en train de revenir chez les professionnels. Très clairement tous les chiffres sont à nouveau positifs", a déclaré Frédéric Valletoux, président du Comité régional du tourisme (CRT) Paris Ile-de-France. Et les perspectives sont favorables. "La moitié des hôteliers nous disent que l'état des réservations pour le mois de mai est bon ou très bon", souligne-t-il. "Le premier trimestre 2017 se termine sur un bilan positif, au même niveau que 2015 qui était une bonne année", constate aussi Roland Héguy, président confédéral de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih). Pour lui, "une dynamique positive est enclenchée" même si "cette reprise parait encore très fragile".