Le tourisme français a souffert du mauvais temps

  • A
  • A
Le tourisme français a souffert du mauvais temps
L'arrêt des réservations de dernière minute a plombé les chiffres des professionnels.@ MAXPPP
Partagez sur :

De nombreuses promotions sont prévues pour août et septembre.

C'était à prévoir : le tourisme français a souffert en juillet, avec 3 millions de nuitées perdues. Un constat réalisé dans une étude publiée jeudi par le cabinet Protourisme, qui dresse ce bilan catastrophique à mi-saison.

Le mois de juillet avait pourtant bien commencé, avec des réservations en hausse de 4% par rapport à l'année dernière. Mais la pluie et le froid ont fini par dissuader les vacanciers. "On le sait, les Français sont météosensibles", analyse sur Europe 1 Didier Arino, directeur de Protourisme. "Avec cette météo extrêmement difficile, certains ont réduit leur durée de séjour. Et surtout, d’autres ont décidé de ne pas partir, de ne pas réserver".

Une crise des réservations de dernière minute

Sans surprise, le tourisme urbain, les sites culturels et de loisirs couverts (parcs à thème couverts, aquariums et autres musées) ont bénéficié d'une fréquentation en forte hausse pouvant aller jusqu'à 20%.

Comme chaque été, les zones rurales et montagneuses comptaient sur les réservations de dernière minute. Mais celles-ci ne sont jamais venues. "Ce n’est pas tant les annulations qui ont posé problème", détaille Didier Arino, "puisqu’elles ont été relativement faibles, autour de 2%. Mais il y a eu un arrêt des réservations de dernière minute", aussi bien chez les particuliers qu'auprès des agences de voyage et de tourisme. Le raccourcissement des séjours, quant à lui, compte pour 15% des nuitées perdues.

Les villages de vacances d'entrée de gamme et le tourisme rural ont reculé de 5%. C'est pire du côté des campings, qui accusent une baisse de plus de 10%.

Certains secteurs s'en sont bien mieux sortis. Les résidences de tourisme confortables, tout comme les chalets, mobil-homes et hébergements atypiques des campings ont grimpé de 3%. Grands vainqueurs de la période estivale : le tourisme urbain, les sites culturels et de loisirs couverts - parcs à thème couverts, aquariums, musées – qui connaissent une progression jusqu'à 20%.

Des prix à la baisse en août

Et au mois d'août ? Il y a de nombreuses occasions à saisir, pour le directeur de Protourisme. "Ce que l’on sait, c’est qu’il y a 3 millions de Français qui envisagent de partir en août et qui n’ont toujours pas réservé. La bonne nouvelle pour eux, c’est qu’il y a des promotions sur toutes les destinations, tous les espaces. Ils trouveront forcément leur bonheur dans les jours qui viennent."

Des opportunités qui permettent pour l'instant aux réservations de repartir à la hausse, et même de dépasser de 2% le nombre de réservations effectuées l'année dernière à la même période.

Mais il faudra attendre la fin de l'été pour dresser un vrai bilan. Tout dépend de ces fameux 3 millions de vacanciers n'ayant toujours pas réservé en août : 40% d'entre eux feront leur choix en fonction de la météo.