Le retour de l'apprentissage à 14 ans rejeté par les députés

  • A
  • A
Le retour de l'apprentissage à 14 ans rejeté par les députés
L'âge légal de l'apprentissage est aujourd'hui fixé à 16 ans.@ Philippe HUGUEN/AFP
Partagez sur :

Le député LR Christian Estrosi avait proposé d'abaisser l'âge légal d'entrée dans l'apprentissage de 16 à 14 ans. 

Les députés ont rejeté jeudi soir une proposition de loi du député LR Christian Estrosi pour permettre l'apprentissage dès 14 ans en alternance et développer celui-ci au niveau régional. Aujourd'hui, l'âge légal de l'apprentissage est fixé à 16 ans.

Eviter le décrochage. Le président de la région Paca voulait revenir à la possibilité d'entrer en apprentissage dès 14 ans, mesure abrogée en 2013 par le ministre de l'Éducation Vincent Peillon qui avait considéré que tous les élèves devaient au moins finir le collège pour acquérir le socle commun de connaissances. "C'est en effet vers l'âge de 14 ans que plusieurs milliers de jeunes décrochent du système scolaire après un absentéisme plus ou moins long (...) Offrir à ces jeunes la possibilité de choisir dès 14 ans une filière de réussite leur permettrait de rester dans le système scolaire et d'acquérir une formation plus concrète et professionnalisante", a plaidé celui qui est toujours député-maire de Nice.

Gestion aux régions. Christian Estrosi souhaitait aussi "confier à la région le pilotage de l'ensemble des établissements de formation professionnelle initiale, que celle-ci s'effectue par la voie de l'apprentissage ou par celle de l'enseignement secondaire professionnel". À terme, il souhaite "encourager la fusion des centres de formation d'apprentis (CFA) et des lycées professionnels".

"Contre-productif" ? Défendant la motion de rejet de cette proposition, la socialiste Monique Iborra a déploré la "mauvaise foi" de Christian Estrosi alors que l'apprentissage est devenu une priorité gouvernementale. Quant au développement de l'apprentissage à l'échelon régional, "rien ne vous empêche de le faire, vous êtes maître à bord concernant la mise en oeuvre de la politique d'apprentissage", lui a lancé Monique Iborra. L'apprentissage à 14 ans serait "contre-productif" car cela "induirait des ruptures précoces", a-t-elle jugé, en rappelant qu'on pouvait faire du pré-apprentissage dès 15 ans.