Le prix du timbre augmente au 1er janvier

  • A
  • A
Le prix du timbre augmente au 1er janvier
Partagez sur :

Le timbre pour une lettre prioritaire passera ainsi de 0,60 à 0,63 euro.

A partir du 1er janvier, il faudra débourser quelques centimes de plus pour envoyer un courrier. Les tarifs de La Poste augmenteront en effet en moyenne de 2,8%, a annoncé vendredi l'entreprise dans un communiqué. Le prix des timbres les plus utilisés, la lettre prioritaire et la Lettre verte, passera respectivement de 0,60 euro à 0,63 euro, et de 0,57 à 0,58 euro.

"Après 18 mois de stabilité, les tarifs du courrier augmenteront de 2,8% en moyenne au 1er janvier 2013, soit une évolution inférieure à celle de l'inflation estimée par l'Insee à 3% pour la période", selon le communiqué."Cette hausse permettra de préserver un haut niveau de qualité du service public. Elle permettra également de contribuer à maintenir les grands équilibres de La Poste et la préservation de son modèle social", souligne le groupe. "Le prix du timbre sera ainsi dans l'exacte moyenne des tarifs des autres postes européennes, alors que les engagements de service public et les contraintes géographiques sont plus élevés en France", ajoute-t-il.

Une hausse "d'un euro par an et par foyer"

Selon La Poste, cette hausse du prix du timbre "n'aura qu'un faible impact sur les ménages: moins d'un euro par an et par foyer, le courrier étant un poste de consommation très modéré dans leur budget (30 euros par foyer et par an en moyenne).

Concernant plus particulièrement la Lettre verte, lancée il y a an, qui est distribuée en 48 heures et "plus écologique car ne prenant pas l'avion sauf pour la Corse et l'outre-mer", l'Autorité des télécoms (Arcep). avait jugé "souhaitable" que l'écart tarifaire avec la Lettre Prioritaire "soit porté à 5 centimes (inférieurs) au moins sur la première tranche de poids".

Les tarifs du courrier industriel, pour les grands émetteurs de courrier, augmenteront, eux, de 1,8%. Quant à l'offre "Destineo esprit libre", choisie par les PME, elle n'augmentera "que de 1,5% pour favoriser leur compétitivité dans un contexte économique difficile".