Le patron du groupe HP démissionne

  • A
  • A
Le patron du groupe HP démissionne
@ REUTERS
Partagez sur :

Le PDG Mark Hurd part après une enquête pour harcèlement et des notes de frais abusives.

Le premier fabricant au monde d'ordinateurs, l'américain Hewlett-Packard (HP), se retrouve à nouveau au cœur d'un scandale avec la démission de son PDG Mark Hurd à la suite d'une enquête pour harcèlement sexuel et notes de frais abusives.

"Le PDG Mark Hurd a décidé avec le conseil d'administration de démissionner avec effet immédiat", a indiqué le groupe vendredi, à la suite d'une "une enquête" interne sur "les faits et circonstances ayant entouré des accusations de harcèlement sexuel contre Hurd et HP".

Une ancienne employée l’accuse

Lors d'une conférence téléphonique, le directeur juridique Mike Holston, a expliqué qu'il "y a plusieurs semaines, une ancienne employée d'un sous-traitant d'HP a accusé Mark de l'avoir harcelée sexuellement alors qu'elle travaillait dans le cadre d'activités de marketing" du groupe.

Il a ajouté qu'une enquête avait révélé que Mark Hurd avait "une relation personnelle proche avec une employée d'un fournisseur" qu'il n'avait "jamais rendue publique". Un communiqué de l'avocate de cette employée reçu précise toutefois qu'il n'y a pas eu "de liaison ou de relation sexuelle entre sa cliente et Mark Hurd".

Une explosion des notes de frais

L'enquête a également révélé des exemples de "rémunérations ou remboursements de frais qui n'étaient pas liés à une activité légitime" de cette personne, alors que le PDG a notamment soumis "à plusieurs reprises des demandes de remboursements de frais inexactes qui cherchaient à dissimuler la nature de sa relation avec cette personne", a poursuivi Mike Holston.

La transition déjà engagée

Mark Hurd va être remplacé par la directrice financière Cathie Lesjak, 51 ans, pendant la recherche d'un nouveau PDG. Selon un document remis aux autorités boursières, il va recevoir des indemnités de licenciement d'un peu plus de 12,2 millions de dollars.

Mark Hurd avait succédé à Patricia Dunn, elle même déjà poussée à la démission par un scandale d'espionnage au sein du conseil d'administration.