Le Nutella n'est pas du goût du Sénat

  • A
  • A
Le Nutella n'est pas du goût du Sénat
Le prix du Nutella pourrait augmenter à compter de l'année prochaine.@ MARCUS BRANDT/DPA/MAXPPP
Partagez sur :

Un amendement qui vise à augmenter les taxes sur l’huile de palme est à l'étude au Sénat.

Le Nutella va-t-il bientôt coûter plus cher ? Un amendement au projet de budget 2013 de la Sécu, adopté mercredi par la commission des Affaires sociales du Sénat, prévoit de multiplier par quatre les taxes sur l’huile de palme. Ce produit, qui entre dans la composition de nombreux aliments industriels tels que chips, biscuits, mayonnaise, chocolat, glaces, etc. représente également un peu plus de 15 % du Nutella.

L’huile de palme, 126.000 tonnes consommées par an

Le fruit de l'huile de palme, 930*620

© CHRISTIANE OELRICH/DPA/MAXPPP

L’huile de palme, extraite de la pulpe des fruits du palmier à huile, est accusée d’avoir des effets nocifs sur la santé et d’être l’une des responsables de la déforestation. Le problème, c’est que ce produit est massivement utilisé par l’industrie agroalimentaire : la France en consomme 126.000 tonnes par an, soit deux kilos par habitant chaque année.

>> LIRE AUSSI : les industriels contestent les arguments des sénateurs

A l’heure actuelle, l’huile de palme est taxée à hauteur de 98,74 euros la tonne. L’objectif du Parlement est d’y adjoindre une contribution additionnelle de 300 euros la tonnes, ce qui porterait donc les taxes sur ce produit à 398,74 euros la tonne. Pour l’Etat, le bénéficie serait minime : à peine 40 millions d’euros, alors que le déficit de la Sécu devrait encore être supérieur à 10 milliards d’euros en 2013.

30 centimes d’euros en plus pour un pot de 5 Kg

Plus qu’une source de recettes, cette hausse se veut donc "un signal (…) à destination des industries agroalimentaires pour qu'elles substituent à ces huiles de nouvelles compositions plus respectueuses de la santé humaine", justifie Yves Daudigny (PS), auteur de l'amendement et rapporteur de la commission.

Reste que ce sont les consommateurs qui pourraient en faire les frais. Sur le Nutella, le coût devrait -toujours selon le sénateur- avoisiner 30 centimes d’euros de plus sur un bocal géant de cinq kilos. Pour le portefeuille, le problème viendra plutôt de tous les autres produits qui utilisent de l’huile de palme : margarine, biscuits apéritifs et autres gâteaux, qui se retrouvent souvent dans les caddies des supermarchés, et dont les prix devraient, eux aussi, augmenter.