Le moral des patrons flanche en septembre

  • A
  • A
Le moral des patrons flanche en septembre
Si l’élection d'Emmanuel Macron a suscité un énorme espoir chez les dirigeants d'entreprise,ils semblent déçus pour le moment.@ THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :

À peine un dirigeant sur deux se dit satisfait de l'action menée par Emmanuel Macron, selon notre baromètre CCI France et Opinionway pour septembre.

INFO EUROPE 1

Septembre sonne-t-il la fin de l'euphorie collective après la présidentielle ? Selon l'indicateur mensuel CCI France et Opinioway pour Europe 1, l'optimisme des patrons tombe en cette rentrée de 112 à 97, soit son plus bas niveau depuis la création de ce baromètre, c’est-à-dire deux ans et demi.

Les petits patrons inquiets. À peine plus d'un dirigeant sur deux se déclare satisfait de l'action du président de la République : c'est une chute de 23 points depuis le début de l'été. Ce sont les petits patrons qui sont les plus inquiets : l'indicateur d'optimisme recule le plus chez les moins de 10 salariés. Un constat étonnant alors que les ordonnances réformant le code du Travail ont été mitonnées pour les plus petites entreprises avec par exemple le dialogue social sans syndicat dans les TPE. 43% des patrons disent que c'était mieux avant, soit 10 points de plus que lors de la dernière vague.

Si l'élection d'Emmanuel Macron, considérée comme un président très pro entreprises, a suscité un énorme espoir, cet espoir semble pour le moment déçu. Interrogés sur une série de mots-clefs, les dirigeants laissent exprimer leur inquiétude à en croire les écarts avec la précédente enquête : "inquiet" : +9 points,  "méfiant" : +5 points, "confiant" : -4 points, "angoissé" : +6 points.

Une réforme tièdement accueillie ? Malgré tout, les Français ne sont pas à un paradoxe près. À la question quelle note donneriez-vous au gouvernement sur sa politique économique, les patrons lui accordent 7,4 sur 10. 61% se disent par exemple favorables au plafonnement des dommages et intérêts fixés par les prud'hommes en cas de licenciements abusifs et 78% satisfaits des contrats de chantiers.