Le Medef veut "un moratoire" sur les lois qui "stressent" les patrons

  • A
  • A
Le Medef veut "un moratoire" sur les lois qui "stressent" les patrons
@ MAXPPP
Partagez sur :

DERNIÈRE MINUTE - Le président du Medef s'inquiète des projets de loi du gouvernement et réclame moins de pression sur les entreprises.

"Du stress sur le dos des patrons". Le président du Medef Pierre Gattaz a réclamé mardi "un moratoire" sur des projets de lois qui sont selon lui "du stress sur le dos des patrons", prenant l'exemple d'un projet de réforme concernant les stagiaires. "Quand je vois les projets de loi dans les tuyaux, j'ai très très peur", a dit le chef de la principale organisation patronale française, qui en dénombre "une quinzaine", portant sur les stages mais aussi la pénibilité par exemple.

Et sur le Pacte de responsabilité ? Pierre Gattaz a glissé au passage qu'il était favorable à un "comité de suivi" du "Pacte de responsabilité", plutôt que d'un "observatoire des contreparties", dont la création a été annoncée par François Hollande. "J'aimerais qu'on l'appelle le 'comité de suivi du pacte', c'est beaucoup moins agressif", a affirmé le président du Medef lors de sa conférence de presse mensuelle.

Il relance la polémique. Une nouvelle prise de position du patron du Medef qui arrive peu de temps après le recadrage brutal par l’exécutif. Pierre Gattaz s’était attiré les foudres de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault pour avoir déclaré ne plus vouloir entendre parler des contreparties. "Quand j'entends parler de contrepartie dans ce pacte, j'entends aussi des gens qui me disent : 'on va vous contraindre, on va vous obliger, on va vous mettre des pénalités, si vous ne le faites pas vous allez être punis...' Il faut arrêter ce discours qui est insupportable. On n'est pas dans une cours d'école, ça suffit", avait alors lancé le président du Medef.

A lire aussi : Pacte de responsabilité : l'exécutif fait bloc contre Gattaz

Le Pacte de responsabilité, c'est quoi déjà ? Le Pacte de responsabilité a pour objectif de relancer l’emploi et l’investissement en diminuant les charges pour les entreprises, notamment en supprimant les cotisations familiales. Les contreparties réclamées par l’exécutif passent toutefois mal auprès de certains patrons et de l'aile gauche du Parti socialiste.

sur le même sujet, sujet,

ZOOM - Pacte de responsabilité : Gattaz victime du "décalage horaire"?

FEU SUR GATTAZ - Pacte de responsabilité : l'exécutif fait bloc contre Gattaz

PAROLES DE CAMARADES - Au PS, un pacte qui passe mal

C'EST QUI LE PATRON - Hollande a-t-il "donné les clés" du pouvoir au Medef ?