Le Maire : "Pas question de rembourser 500 millions"

  • A
  • A
Le Maire : "Pas question de rembourser 500 millions"
Partagez sur :

Le ministre de l’Agriculture veut lancer une expertise sur les subventions touchées par les maraîchers dans les années 1990.

Bruno Le Maire va mettre en place "un plan de soutien immédiat" en faveur des producteurs de fruits et légumes. Le ministre de l’Agriculture l’a annoncé mardi, à l'issue d'une réunion visant à calmer la grogne des maraîchers sur le remboursement des aides publiques. Ce plan de soutien, dont le montant sera révélé jeudi, prévoit notamment la prise en charge de cotisations sociales et de charges liées aux emprunts. Une réunion avec les acteurs de la filière se tiendra jeudi pour en définir les contours.

"Il n'est pas question pour la France de rembourser 500 millions d'euros", a déclaré Bruno Le Maire, en faisant référence à la somme que réclame l'Union européenne aux producteurs français de fruits et légumes. Le ministre, qui a jugé ce chiffre "largement surévalué", a expliqué que ce montant correspondait à 138 millions d'euros de subventions versées entre 1992 et 2002 - jugées anti-concurrentielles par l'UE -, auxquels se sont ajoutés des intérêts.

Bruno Le Maire souhaite lancer une expertise sur ces subventions dont l'Union européenne réclame le remboursement. "Il s'agit aujourd'hui de savoir qui a réellement bénéficié de ces aides, dans quel cadre et lesquelles sont susceptibles d'être illégales," a expliqué le ministre.

Les propos de Bruno Le Maire n'ont pas calmé la filière agricole, dont les représentants ont réaffirmé mardi, à l’issue de leur rencontre avec le ministre, qu'ils ne rembourseraient pas la somme réclamée par Bruxelles. "Nous ne paierons pas", a fait savoir la FNSEA, principal syndicat agricole français. Le remboursement de ces aides est "totalement inadmissible" car "ce n'est pas aux agriculteurs de payer les erreurs de l'Etat français", a déclaré la Confédération paysanne. Enfin, pour la Coordination rurale le remboursement n'est "pas négociable".

> Lemétayer : "Le gouvernement devra asumer"