Le Maire annonce la commande de 3 paquebots à STX France pour plus de 3 milliards d'euros

  • A
  • A
Le Maire annonce la commande de 3 paquebots à STX France pour plus de 3 milliards d'euros
Bruno Le Maire a promis que le chantier naval récupérerait son ancien nom de Chantiers de l'Atlantique.@ Alain JOCARD / AFP
Partagez sur :

Le ministre de l'Économie a annoncé jeudi la signature de contrats définitifs pour la signature de trois paquebots par les Chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire. 

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a confirmé jeudi à Saint-Nazaire la commande de deux paquebots par l'armateur italo-suisse MSC au chantier naval STX France et annoncé celle d'un troisième navire, pour un montant total de "plus de 3 milliards d'euros".

Onze navires à construire pour MSC. "J'ai le plaisir de vous confirmer la signature de contrats définitifs pour deux navires World Class", qui avaient fait l'objet d'une lettre d'intention il y a un an, a déclaré le ministre, annonçant aussi la commande d'un cinquième navire de la classe Meraviglia, qui sera propulsé au gaz naturel liquéfié (GNL). La commande des deux premiers navires a été signée il y a quelques semaines, et celle du troisième vient de l'être, a-t-on précisé auprès de STX. 

Ces annonces ont été faites au pied du "MSC Bellissima", deuxième navire de la série "Meraviglia", qui doit être remis à l'armateur en 2019. L'annonce de la construction d'un nouveau paquebot et la confirmation de deux navires World Class porte à 11 le nombre de paquebots à construire par les Chantiers de l'Atlantique, dont six pour l'italo-suisse MSC. 

Un "accord solide avec Fincantieri". Le chantier naval de Saint-Nazaire doit également livrer d'ici à 2022 cinq navires pour son autre client historique, l'armateur américain RCCL. STX France a déjà fabriqué 13 paquebots de la flotte MSC. Bruno Le Maire a évoqué l'avenir de STX, qui doit être repris par l'Italien Fincantieri. "Vous allez récupérer le nom des Chantiers de l'Atlantique, un beau nom, un nom prestigieux", a déclaré le ministre, rappelant sa "promesse" que le chantier naval récupère son ancien nom.

"L'accord entre les Chantiers de l'Atlantique et Fincantieri est un accord solide". "J'aurai un entretien dès la semaine prochaine avec mon homologue italien, Giovanni Tria pour lui redire que cet accord est un accord stratégique, qui dépasse les petites irritations du moment, qui passeront", a-t-il dit, faisant allusion aux désaccords entre Paris et Rome autour de la politique migratoire.