Le low-cost voit plus loin et plus chic

  • A
  • A
Le low-cost voit plus loin et plus chic
@ Max PPP
Partagez sur :

VACANCES - Et si vous partiez à l’autre bout du monde, avec plus de confort, pour moins cher ? Un rêve qui pourrait devenir réalité.

Les compagnies low-cost ont concurrencé les compagnies nationales en offrant toujours plus de destinations locales à des prix imbattables. Fort de leur succès, elles se tournent vers les trajets long-courriers en ajoutant la qualité au prix. Dernier exemple en date, La Compagnie, un transporteur aérien, qui propose depuis jeudi des vols Paris New-York en classe affaire. Une attaque en règle dans le pré-carré d’Air France et consorts qui ont du souci à se faire : l’image du low-cost ne cesse de s’améliorer auprès des Français, ils sont désormais 57% à en avoir une image positive, selon DGAC. Alors, combien faudra-t-il débourser pour aller faire les soldes de l’autre côté de l’Atlantique ?

>> A voir aussi : Le modèle ultra low-cost s'essouffle

Le low-cost voit plus loin. La guerre des prix en Europe a fait mal aux compagnies traditionnelles, mais elles ont réussi jusque là à conserver les vols long-courriers, notamment vers les Etats-Unis, très rentables et qui attirent une clientèle aisée. Distance et qualité de service étaient les maîtres-mots de la domination du vol-transatlantique. Mais depuis début juillet, des avions de Norwegian partent de Londres pour Los Angeles, pour 250 euros l’aller simple. Ryanair avait déjà annoncé en mai sa volonté de relier l’Europe à New-York pour 10 euros. Bref, le low-cost profite de son succès européen pour investir dans des avions plus gros et lorgner de nouveaux continents. Easyjet va déjà jusqu’au Moyen-Orient et en Islande.

>> A lire aussi : Mini révolution dans les avions Ryanair

Le low-cost voit plus chic. La concurrence entre les grandes compagnies aériennes se fait dorénavant sur la qualité des services et des avions. Air France-KLM a investi un milliard d’euros pour revoir ses cabines et permettre à ses clients de bien dormir sur les vols les plus longs. Mais sur le plan de la qualité, les transporteurs traditionnels se voient également concurrencés par les low-cost. Easyjet a mis en place un service business sur ses lignes et signé des contrats avec 40% des entreprises du CAC 40. Un quart des marges de la compagnie en France proviennent de cette catégorie.

>> A lire aussi : Transport : voyageurs, vous avez des droits

Et au jeu du voyager mieux pour moins cher, Air France va devoir faire face à l’arriver d’un nouvel acteur : La Compagnie. L’entreprise propose désormais des vols low-cost en classe affaire entre Paris et New-York pour 1.300 euros l’aller retour. Soit un prix 35% à 65% inférieur à celui pratiqué par la concurrence, selon Frantz Yvelin, le PDG de La Compagnie, cité par Le Figaro.